CANTER

L'équitation et le cheval au petit galop...Exposer et échanger les méthodes d'éducation et de dressage du cheval: dans leur diversité, tenter d'identifier les dénominateurs communs aux approches, aux disciplines, mais surtout aux individus
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Naia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Naia   Mar 29 Juin 2010 - 19:18

Là, c'est toi qui fait de la psychologie !

Je te répondrai en te disant que même une caméra ne saurait solutionner la problématique, la présence de cette dernière influençant mon comportement, et donc celui des chevaux. Et puis j'ai horreur de ces trucs, parce que l'on oublie de ressentir le monde à force de le regarder à travers un objectif (non, ce n'est pas une mauvaise excuse, mais la réaction de quelqu'un qui a cottoyé des années une personne qui vivait avec nous objectif soudé à l'oeil mais qui connaissait à peine nos prénoms...).

Si tu veux des détails, sachant que, du coup, ce ne peut être que ce que j'en ai perçu et retenu, et c'est donc totalement faux, voici la narration de quelques cas :

Hier soir, en se dirigeant vers la source :
Je signale notre présence de mon habituel "coucou les filles". Upa, somnolente, tourne à peine la tête. Naïa contourne Upa et se place entre nous et Upa, oreilles (très) couchées, je proteste de la voix. Elle s'en fout, nous tourne le dos, toujours oreilles couchées. J'insiste de la voix et montre le baton de marche que je tiens (et qu'elle est habituée à me voir en main sans en avoir peur). Elle contracte les fesses comme pour botter, je tape du baton sur mes chaussures de marche. Elle se retourne vers nous, abandonnant l'attitude agressive. Je remercie de la voix et continue mon chemin.

Ce matin, lorsque je suis allée vérifier que tout allait bien après la nuit, mais c'est pareil quasiment tous les matins :
Je m'approche de la pature, toujours avec mon "coucou les filles". Elles se dirigent toutes les deux vers moi, au pas d'abord, puis au petit trot. Je les attends sans bouger. Upa arrive la 1ère. Je lui caresse le chanfrein et l'encolure, puis me tourne vers Naïa qui a nettement les oreilles en avant et la caresse à son tour, en lui tenant le licol puis sans le tenir. Le tout en leur parlant, mais je ne sais plus ce que j'ai dis. Je me dirige ensuite vers la baignoire pour vérifier l'eau, puis ressorts de la pature en leur souhaitant une bonne journée et vais prendre mon café. Passionnant, n'est-ce pas ?

Lorsque j'ai voulu la changer de pature :
J'ai approché de la même façon, sauf que j'avais la longe autour du cou. Elles sont venues vers moi de la même façon, mais cette fois c'est Naïa qui est arrivée la 1ère, oreilles en avant. J'ai caressé Naïa, puis Upa, puis j'ai mis la longe à Naïa en la félicitant, je l'ai emmenée vers l'abri, j'ai pris des "bonbons" dans le coffre, je lui en ai donné un, puis un autre à Upa qui suivait évidemment (quand on la connait, on sait qu'elle n'est jamais loin de nous) puis je suis allée vers la porte de séparation des patures, j'ai ouvert, fais passer Naïa en laissant Upa dans la première pature, puis j'ai refermé, puis j'ai enlevé la longe à Naïa et je l'ai caressée. Séparation toute relative puisqu'elles peuvent se toucher par dessus la clôture sur les quelques mètres où les patures sont mitoyennes.
Je passe, évidemment, sur les ordres type "marche", "stop", et sur les commentaires du genre "c'est bien", etc.
Pour l'anecdote, les 2 juments se sont éloignées l'une de l'autre, Naïa en allant brouter un peu plus loin, Upa en me suivant de (très) près alors que je retournais vers la maison.

Et j'arrêterai là, car cela me gonfle royalement de raconter ce genre de chose. Intérêt proche du zéro absolu d'autant que, comme cela m'énerve, je ne raconte certainement qu'une toute petite partie.

Oui, la balade c'était monté. Du moins pour Naïa, car Upa ne le sera qu'une fois qu'elle aura fini sa croissance.
Et Upa suivait (à distance) pour plein de raisons :
- Elle a droit, elle aussi, à sa promenade dans le sable alors que cela faisait plusieurs jours qu'elles étaient coincées au pré toutes les 2 à cause des orages et de leurs effets secondaires sur le terrain.
- Je n'avais pas le temps de faire 2 sorties aujourd'hui (je suis partie au boulot tout de suite après) Et je travaille à temps plein jusqu'à la fin de la semaine.
- Je refuse que mon fils soit seul avec l'une des juments en dehors de chez nous : Il y a pas mal de passages difficiles et il ne saurait pas réagir en cas d'imprévu. Il ne pouvait donc pas sortir Upa après mon départ.
- Le temps est encore à l'orage, et je ne sais pas quand on pourra y retourner (le terrain en question est inondable).
- J'étais déjà allée dans ce coin avec Naïa seule, et j'avais envie de voir comment Upa se débrouillait de certains passages un peu chaotiques.

Prétextes ? Peut être. Tout est prétexte à tout...
Et quand bien même j'aurais simplement cherché des prétextes pour ne pas séparer Naïa et Upa, et bien c'est très bien ainsi, car Naïa ayant accepté sans problème le filet et la selle, et si elle considère la présence de upa comme un plaisir, alors c'est bien qu'elle ait eu cette récompense. Toujours si elle apprécie la présence de Upa, et si je les avais séparées, elle aurait pu y voir un aspect négatif au fait d'être sellée, et se laisser moins faire la prochaine fois (je sais, c'est de la psycho...). En d'autre terme, décision consciente ou pas, Upa était là et c'est très bien ainsi.
Le week end prochain, si le temps le permet, je pense monter avec Naïa dans la forêt et, là, elle sera seule, ne serait-ce que parce que je ne pense pas Upa capable de suivre sur ce terrain très difficile.

Personnellement, de tout cela, la seule chose importante que je retiens était que Naïa avait donné un contact non appuyé sur le mors... Comme quoi, chacun ses centres d'intérêt.

N
Revenir en haut Aller en bas
Katia
Déchainé


Messages : 961
Date d'inscription : 18/01/2009
Age : 45
Localisation : Landes

MessageSujet: Re: Naia   Mar 29 Juin 2010 - 23:26

Naia06 a écrit:

Quant aux résultats :

Ce matin, j'ai mis la longe à la jument sans qu'elle bouge une oreille, pour la changer de pature. elle a suivi sans broncher.
A 13h cet après midi, je lui ai mis filet et selle sans qu'elle songe à fuir et suis allée me promener 30 minutes au pas avec elle dans la sablière en contrebas de la maison.
Mon fils suivait à pied avec Upa en longe.
Tout s'est bien passé.
Naïa commence à savoir garder le contact avec le mors sans s'y appuyer, même si cela est très subjectif.

Le seul soucis c'est que, raconter cela, je n'en vois pas l'intérêt.
N.

Moi je vois l'intéret: c'est justement l'évolution positive, et c'est aussi l'intérêt de garder traces de ses avancées dans le travail, la manipulation.
S'arrêter que sur des "problèmes", ça fausse l'image du travail justement. On est sur internet, déjà que la communication orale, c'est pas simple, alors par clavier interposé...

Mon avis à moi qui n'engage que moi: continue à petits pas avec ta jument comme tu le fais, observe la pour la comprendre, (perso je trouve ça normal) et reste vigilante sur les limites et les bases de l'éducation qu'il lui faut, sécurité et respect. Il me semble que c'est ce que tu fais.
Quand tu prendras confiance en toi et en elle, les questions, tu te les poseras plus, et roule ma poule. Mais bon, tant que t'es pas sure que le travail que tu fais avec elle va porter ses fruits, tu t'interroges. Ca me parait humain tout ça.
Et puis toute progression se fait en dents de scie, si c'était linéaire, ce serait trop facile!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïs
Vieux Tromblon


Messages : 4322
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 41
Localisation : Bazas Breakdown, proximité Bordeaux

MessageSujet: Re: Naia   Mer 30 Juin 2010 - 11:00

Ben tu vois moi je trouve ton dernier récit beaucoup plus interessant que les autres:
1- on visualise beaucoup mieux ce qui se passe
2- beaucoup plus de factuel, moins d'interprétation.

Je veux dire tes interprétations sont interessantes, mais si on a pas le factuel on ne "voit" absolument pas à quoi cela se raccroche.
Alors peut être que c'est gonflant à écrire, n'empèche que c'est interessant. Ensuite personne te force hein, t'écris ce que tu veux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canter.exprimetoi.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Naia   Mer 30 Juin 2010 - 11:49

C'est peut être ce qui est intéressant vu par vous, mais ce n'est pas ce qui m'intéresse dans ma relation avec les chevaux.

L'évolution positive, j'en avais déjà parlé il y a quelques jours (dimanche). Je ne souhaitais pas me répéter.

Ce qui m'intéresse dans les chevaux, c'est ce qui les rend uniques, ce qui fait de chacun d'eux qu'il est différent de ses congénères, son individualité. J'ai envie de connaitre chacun d'eux personnellement. Je refuse de voir en eux une simple application des principes de Pavlov. Car cela me rabaisserait au même niveau, celui d'un robot appliquant une certaine réaction à une certaine action du cheval. Or c'est uniquement ce qui ressort de mon dernier post. Je le perçois comme un QCM du galop 4...

C'est la raison pour laquelle j'ai quitté les clubs à l'adolescence. Oui, cela m'a permis de monter des chevaux de classe internationale, ce que je n'aurais jamais fait en club, mais, surtout, cela m'a permis de les connaitre tous individuellement, depuis le débourrage quand ce n'était avant, jusqu'à leur revente lorsqu'ils avaient atteint un bon niveau en compétition. Ils n'étaient pas des n° dans une reprise, mais des individualités. Contrairement, je pense, à leur propriétaire de l'époque, le souvenir que je garde d'eux n'est pas la hauteur des obstacles que je passais avec eux, ni leur prix de vente ou leurs origines. Le tout était pourtant impressionnant. Les souvenirs que je garde, ce sont ces instants partagés, au box, en pature, ou sur leur dos. Ces instants de partage, où la communication était totale, où plus rien d'autre n'existait que eux et moi. Ce grincement de dents de Jessica (ma jument de l'époque) quand elle me signalait que, si cela n'avait été moi, elle n'aurait pas accepté ce geste et aurait mordu. Cet effleurement des naseaux de K Du Styl lorsqu'il était content de notre compagnie. Cette application de Joli Manoir les premières fois où je lui ai fait passer des barres au sol. Sa façon de toujours faire 2 tours de champ en saut de mouton juste après que l'on se soit mis en selle et avant de se mettre au travail.
Peu m'importe que les grincements de dents de Jessica n'aient été les dernières séquelles de sa dangerosité initiale. Peu m'importe que les effleurements de K Du Styl n'aient été normaux avec un entier. Peu m'importe que l'on me dise que j'aurais dû détendre Joli Manoir en longe pour éviter ces tours de saut de mouton. Ces instants valaient de l'or et ce sont des souvenirs que je garde précieusement.

Je n'ai jamais aimé que l'on résume un cheval à ses origines, à son potentiel en compétition, à ses défauts ou qualités physique, à sa position hiérarchique. Un cheval est tellement plus que cela.

Un cheval, cela se décrit par ce que l'on perçoit de lui, par tous ces instants indescriptibles où la communication se fait sur un autre niveau de perception que celui que, nous autres pauvres humains, nous contentons d'utiliser bêtement.

Ce qui est important, dans mes chevaux, c'est tous ces détails. Pas la façon dont j'y réagis. Le fait que Naïa, pour parler d'elle spécifiquement puisque c'est d'elle qu'il est question dans ce post, n'aime pas la courge mais adore les pommes. Qu'elle soit intriguée à chaque fois qu'on lance l'arrosage tournant dans le verger (elle se déplace ou baisse la tête pour regarder le jet entre les branches des arbres). Oui, le fait qu'elle protège Upa quand cette dernière fait la sieste. Le fait qu'elle essaie de croquer la pierre de sel au lieu de la lécher. Le fait qu'elle aime qu'on lui frotte la nuque derrière les oreilles. etc.
Certains de ces détails ne sont que des détails. Importants pour moi, mais ne justifiant pas que l'on en parle car jamais les mots ou les images ne traduiront le ressenti. D'autres sont tellement révélateurs de ce qu'elle est, au plus profond de son individualité, que oui c'est de ceux-là que je souhaite parler.

Si j'ai des chevaux à la maison, ce n'est pas dans le but d'obtenir tel ou tel résultat équestre. Je ne néglige pas cet aspect, mais ce n'est pas un but.

Je monte Naïa, je monterai Upa, je chercherai à obtenir le mieux qu'elles soient capables de faire et que je sois capable de leur demander. A la condition que cela reste un plaisir pour elles et pour moi. Je serai heureuse de ce résultat, qu'il s'appelle CSIO de La Baule, reprise St Georges ou promenade la tête en l'air et les postérieurs à la traine (quoi que, les postérieurs à la traine, j'aimerais quand même éviter Wink ). Qu'elles soient immontables pour des raisons x ou y et je me contenterai de les promener en longe ou de passer du temps avec elles.
Mais quel que soit ce que je ferai avec elles, ce ne sera qu'un élément des échanges que j'aurai avec elles. Ce ne sera important que par ce que cela révèlera de ce qu'elles sont, individuellement, et de la façon dont mes relations avec elles évolueront.

L'important, ce sont les individualités. Et de les respecter mutuellement.

Le fait que Naïa ne s'appui plus sur le mors et se contente d'un simple contact est important en terme de dressage. Ce point là acquis, je vais pouvoir la faire progresser sur d'autres et en particulier sur l'engagement des postérieurs. Mais c'est surtout important, et même fondamental, dans ce que cela révèle sur le fait qu'elle ne subit plus le mors mais l'accepte en tant que vecteur de communication, et dans le fait qu'elle soit à l'écoute de son cavalier. On est plus dans le "subit", mais dans la "collaboration". Vu par moi, c'est ce qui marque le fait que le "débourrage" est fini, et le "dressage" va pouvoir commencer.

Alors je suis peut être une "romantique". Je fais peut être du "psychologique". Ce dont je souhaite parler, c'est de ce qu'est la jument. J'ai envie de vous la faire connaitre. De discuter de ce qu'elle est. Pas de ce que je suis moi, ni de ce que je fais moi.

N
Revenir en haut Aller en bas
ioshi
Militant


Messages : 125
Date d'inscription : 12/10/2009

MessageSujet: Re: Naia   Mer 30 Juin 2010 - 13:44

Naia, tu as bien sûr raison, c'est la relation qui est intéressante à cheval et les progrès qu'on peut faire tous les jours.

Je crois que ce qui a fait réagir Ondine et Kaïs, c'est qu'elles se demandaient si tu étais en sécurité, si tu savais ce que tu faisais. Tu sais, on est sur le net, on ne voit pas ce que tu fais, on ne sait pas comment tu t'en sors à cheval. Donc tu nous parles d'un geste irrespectueux de Naia en nous expliquant le pourquoi, nous on veut être sûres que tu as réagi parce que ça peut être dangereux. Si tu as réagi, c'est parfait, on est rassurées et on peut lire le reste aussi.

Et pour nous, ton travail est aussi intéressant, même si toi, ce n'est pas ce qui te fait le plus vibrer: parce que lire ta façon de travailler peut nous donner des idées, parce que lire son évolution nous permet aussi de nous faire une idée du caractère de tes chevaux.

Je ne pense pas que ce soit un problème que tu sois sortie avec Upa, mais c'est vrai qu'on se posait la question à la lecture de ton résumé du pourquoi. Si tu dis que c'est parce que tu n'avais pas le temps ce jour-là, c'est tout à fait compréhensible, et si ça te permet d'avancer et d'acquérir d'autres points (pas d'appui sur le mors), c'est très positif. Mais avec le résumé, on ne pouvait pas vraiment se réjouir pour toi, on ne comprenait pas, on n'avait pas assez d'éléments en main pour vraiment comprendre. Et puis tu as l'air de savoir que travailler tes chevaux toujours à 2 n'est pas bénéfique, mais de temps à autres, pourquoi pas?

Quand on te lit, ce qui a de vraiment agréable, c'est de pouvoir se plonger vraiment dans ce que tu vis. Si tu nous en donnes que le résumé, on ne comprends pas assez et on ne sait pas vraiment réagir de façon adéquate. Tu as un travail vraiment intéressant à effectuer avec Naia, j'aime bien lire ce que tu ressens mais aussi ce que tu fais.

Ceci dit, tu as le droit d'écrire ce que tu veux. Mais sur ce forum, je crois que si des réactions dangereuses ne sont pas prises au sérieux et ne reçoivent pas la réaction appropriée, je crois qu'il y aura toujours une réaction pour dire: attention, il y a un danger. Si tu gères la réaction, on est tous d'accord de te lire avec plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Naia   Mer 30 Juin 2010 - 15:26

Je comprends, et j'entends, cette vision de la chose.

Vis à vis du danger :

Dites-vous que j'ai 44 ans, un gosse de 16 ans, que je n'ai pas envie que l'on finisse à l'hôpital et que j'ai assez d'expérience avec les chevaux pour savoir quand ce n'est "plus possible".
De plus, si Naïa avait été dangereuse, je l'aurais su avant qu'elle n'arrive chez nous, elle l'aurait déjà été au lieu de se mettre à changer de comportement du jour au lendemain.
Et si cela avait été le cas, cela m'aurait fendu le coeur mais je ne l'aurais pas gardée, ou me serait contentée de la mettre en pature à distance respectueuse de la maison, sans plus l'approcher.
Si j'ai "insisté", c'est que, justement, je connaissais la jument avant qu'elle n'arrive chez nous, et que je savais que, même si elle n'avait pas grande habitude de cottoyer des humains, elle était "prometteuse".

Naïa m'a fait me demander si j'arriverais à améliorer nos relations et à obtenir quelque chose d'agréable pour elle et pour nous. C'est un fait. J'étais paumée car je ne comprenais pas comment, d'un contact à l'autre, je pouvais avoir affaire à une jument adorable ou, au contraire, odieuse (noter que "odieux" ne signifie pas "dangereux"). J'avais besoin des liens de cause à effet pour savoir à quoi m'attendre, pour savoir ce qui déclenchait le calin ou l'agression (cela ne signifie pas "attaque"), pour savoir comment y réagir. Parce que, même si cela surprend, ma réaction ne pouvait être juste que si je connaissais l'origine de son acte. A comportement égal du cheval, on ne réagit pas de la même façon suivant qu'il agit par peur ou par manque de respect, par exemple.

Et j'ai justement assez d'expérience pour savoir que si notre réaction est fausse, ou n'est tout simplement pas adaptée à l'acte du cheval ainsi qu'à la cause de son acte, on risque d'aggraver le problème au lieu de le solutionner.

Donc, oui, Naïa est parfois agressive. Mais je ne l'ai jamais vue dangereuse (sauf à être totalement inconscient ce que, merci, je ne suis pas...).
Il y a une marge énorme entre une jument agressive en défense, et une jument qui attaque sans prévenir, ce que faisait ma 1ère jument lorsque je l'ai rencontrée (je ne le précise que pour dire que j'ai déjà testé, et que la différence est flagrante...).
Naïa est parfois agressive. Dans des circonstances précises. Elle n'attaque pas.

Quand à ce que je raconte de mes activités équestres :

N'oubliez pas que les juments sont à la maison. Je les vois de nombreuses fois dans la journée. Je fais de nombreuses choses avec elles. Parfois avec les 2, parfois avec l'une des 2. Cela dure parfois 2 minutes, parfois 2 heures.
Je ne vous raconte pas tout... Je me contente de raconter ce qui est révélateur de la personnalité de la bestiole.

A cela, de nombreuses raisons :

- je ne réfléchis pas à mes actes au moment où j'agis. Du moins pas au détail, simplement aux grandes lignes, le détail étant adapté au fur et à mesure à la réaction obtenue, et ce de manière souvent irréfléchie. Je me contente d'être moi-même, condition pour que les chevaux me connaissent et, si je le mérite, m'apprécient et me respectent. Difficile, donc, de refaire systématiquement le descriptif.

- je ne suis pas enseignante, ne cherche pas à vous transmettre mes méthodes. Pas par "orgueil", mais au contraire parce que je ne crois pas qu'elles aient quoi que ce soit qui sorte de l'ordinaire. Ce que j'ai appris des chevaux, je l'ai appris auprès d'enseignants divers qui ne sont pas secrets : Outre des rencontres ponctuelles lors de courts stages et dont je n'ai pas retenu grand chose, il y a eu Jean Jan (un vieux paysan breton), mon grand père maternel (et ancien cavalier militaire), des moniteurs et instructeurs de clubs (Jean Marie Coum, Gildas Donou), Sophie Mazé (éleveuse et entraineuse de chevaux d'obstacle), et des enseignants privés (Martine Bergay, Lucien Gruss, Jean Yves le Guillou).
Ceci étant, je ne fais pas secret de "mes méthodes". Je ne sais juste pas quoi en dire. Posez des questions précises, et je répondrai. Mais vous risquez d'avoir droit à l'un de ces romans dont j'ai la spécialité, à base d'une multitude de "ça dépend"... Ou au contraire, à quelque chose de tellement succinct que cela n'apportera rien. Toutes infos que je suis incapable de donner spontanément, tellement cela me parait naturel (il fallait réagir, j'ai réagi, c'est tout...).

- Je le répète, ce n'est pas moi qui m'intéresse. Ce sont les juments.

- Je n'ai pas le temps de tout raconter, pas le temps de tout lire, et je ne vois pas l'intérêt de raconter des moments où "il ne se passe rien". Je ne les lis qu'en diagonale quand ce sont d'autres personnes qui racontent les leurs, alors je ne vous impose pas les miens. Ceci étant, si cela vous va et vous intéresse, je vous donnerai "la liste" des activités réalisées avec les fifilles, et il suffira de me le demander pour que je développe tel ou tel moment...

N
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Naia   Mer 30 Juin 2010 - 18:50

Ce matin avant que je ne parte au boulot :

Upa dans le fond, Naïa au milieu.
Elles me voient approcher.
Naïa se déplace immédiatement vers moi.
Upa met quelques temps à se décider.
Elles m'attendent près de la cloture.
Je coupe le jus.
Je leur dis bonjour.
Je les caresse par dessus la cloture.
Je vérifie qu'il y a de l'eau.
Je prends la longe.
Je rentre dans la pature.
Elles réclament des calins toutes les 2.
Je passe la longe sur l'encolure et le dos de Naïa.
Je repose la longe et la caresse.

Mon mari a voulu jeter une poignée de luzerne (coupée sur les bords du potager) par dessus la cloture. Upa a attrapé quelques brins au vol (rapide, la puce !) et Naïa s'est fait un plaisir d'avaler goulument le reste. Elles ont très vite compris qu'il les fait profiter des "mauvaises herbes" du potager : dès qu'il y travaille, elles sont à proximité, surveillant de près tous ses gestes (il n'y a qu'1 m entre le bord de la pature et le bord du potager).

Je leur ai dit au revoir.
Upa se frotte, m'accompagne, essaie de me retenir en réclamant d'autres calins. Naïa surveille mon mari.
Je sorts et je rebranche la cloture.

N
Revenir en haut Aller en bas
Epona
Militant


Messages : 412
Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Naia   Jeu 1 Juil 2010 - 8:59

Naia06 a écrit:
oups, j'ai oublié la seconde question...

Il y a, en Normandie, une propriétaire de juments qui s'est spécialisée dans le fait de louer des mères adoptives aux propriétaires de poulains (de valeur) dont la mère est décédée.
La technique est que la jument potentiellement "adopteuse" doit pouliner, on lui retire le poulain à la naissance, généralement il part à la boucherie, le placenta est conservé, et on en frotte le poulain à adopter pour que la jument l'accepte.

On approuve ou pas, tout dépend si l'on se place du côté du poulain qui est retiré à sa mère, ou de celui du poulain de valeur qui sera mieux sous une mère adoptive que seul...

Toujours est-il que Naïa est l'un de ces poulains juste bons à fournir une maman à un autre petit orphelin.

Une amie essaie d'en récupérer tous les ans avant qu'ils ne partent à la boucherie, la plus grande difficulté étant ensuite de trouver un endroit où les faire élever avant qu'ils ne puissent se nourrir seuls.

N

Il y a d'autres méthodes nettement moins barbare... on peut induire une jument en lactation SANS qu'elle ne doive pouliner. Mais bien sur les juments doivent être triées sur le volet pour être de bonnes mères, capables d'adopter....

Il y a une femme vraiment extraordinaire qui s'est spécialisée dans le sauvetage de poulains orphelins grâce à cette technique :

http://www.braymondval.net/2007/07/01/presentation-de-la-nursery/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lepreauxlucioles.be
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Naia   Jeu 1 Juil 2010 - 10:56

il y a aussi des réseaux (dont les haras nationaux) qui mettent en relation les propriétaires de poulains orphelins et de mères dont le petit est décédé.
Sans parler des juments qui acceptent d'élever 2 poulains, j'en ai connues.

Je n'ai jamais dit que j'approuvais cette méthode... Mais elle existe, et personne ne l'a interdite, et comme elle rapporte à son organisatrice sur les 2 tableaux (location de la jument, revente des poulains à la boucherie dans la plupart des cas), elle continue.

Si on y ajoute le fait que les propriétaires de poulains, lorsqu'ils se retrouvent confrontés à cette situation, agissent dans l'urgence en prenant la 1ère solution qu'ils trouvent...

N


Dernière édition par Naia06 le Jeu 1 Juil 2010 - 11:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Naia   Jeu 1 Juil 2010 - 11:57

Ce que j'appelle faire des efforts...

Hier soir temps orageux pour changer. Cela devient franchement pénible pour tout le monde.
Je suis rentrée tard, et fatiguée.
Les juments étaient énervées, le temps je pense, mais aussi et surtout la quantité incroyable d'insectes qui les emmerdaient. Là aussi, effet secondaire du temps...

Quand je suis rentrée, mon fils m'a rejoint et nous sommes allés voir les juments
J'ai pris la longe à la main et suis allée les calliner.
Hormis les insectes qui les faisaient beaucoup bouger, elles étaient "cool".
J'ai mis la longe à Naïa et nous nous sommes éloignés des zones les plus humides, histoire d'avoir un peu moins d'insectes.
Vu sa docilité, j'ai demandé à mon fils d'aller chercher l'émouchine.
En revenant, c'est lui qui a tenu la jument, et j'ai pu lui mettre de l'émouchine un peu partout, ce qui est un petit miracle, pendant que mon fils lui faisait plein de calins autour des oreilles.
Je l'ai ensuite emmenée vers l'abri, lui ai donné un bonbon, et lui ai enlevé la longe.
Quelques calins de plus, puis j'ai mis de l'émouchine à Upa également, puis je leur ai donné leur plaquette de foin.
Puis nous sommes rentrés.

J'y suis retournée après diner.
Elles étaient tranquilles toutes les 2, mais plus occupées à chercher des feuilles de trèfle que intéressées par ma présence.
J'ai fait quelques calins, accueillis tranquillement par Upa, et avec des oreilles couchées par Naïa.
J'avais eu beaucoup de sa part (le fait de pouvoir lui passer l'émouchine) auparavant, elle avait accepté les calins bien qu'ayant couché les oreilles, je n'ai pas insisté et suis rentrée.

Ce matin :
Lorsque je suis sortie, elles "dormaient" encore au fond de la pature.
Naïa est venue vers moi. Upa est restée au fond.
Naïa toute gentille, je lui ai fait des calins sur la tête et l'encolure.
Puis je suis restée dans la pature environ 15 minutes, en me déplaçant beaucoup : nettoyer l'abreuvoir et de le re-remplir, aller couper quelques herbes qui touchaient la cloture, aller couper quelques chardons qui s'obstinent à vouloir pousser au milieu, etc.
Naïa, accompagnait mes déplacements. Upa ne bougeait pas de son coin.
Petit détail, Naïa était systématiquement et exactement dans l'alignement entre moi et Upa, et couchait les oreilles si la distance entre Upa et moi se réduisait, avait les oreilles en avant si je m'éloignais. Si c'est un hasard, il faut qu'elle joue au Loto.
Une fois que j'ai eu fini, je suis retournée vers la maison, l'ai appelée avant de sortir de la pature, elle est venue, je lui ai refait des calins, je suis partie.

N
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Naia   Ven 2 Juil 2010 - 11:48

Hier soir :

Je suis rentrée très tard.
Les juments étaient en train de finir leur plaquette de foin.
Je suis allée les voir.
Upa est venue se faire caliner.
Naïa est restée manger.
Je suis allée vers elle.
Elle a baissé les oreilles mais a malgré tout accepté, et visiblement apprécié, les calins.
Je l'ai prise par le licol.
Geste trop brusque ou mauvais moment, elle a reculé de 1m puis s'est arrêtée, sans que je lache.
Je lui ai mis des protections en fausse fourrure sur les montants du licol, puis je l'ai caressée avant de la lacher.
Elle était trop mignonne à secouer la tête de façon répétée, apparemment surprise du changement au licol...
Je suis restée quelques minutes avec elles, puis suis rentrée.

Ce matin :

Les juments "dormaient" encore lorsque je suis arrivée.
Naïa est venue vers moi, Upa est restée dans le fond.
J'étais pressée because réunion au boulot, j'ai juste pris le temps de lui faire quelques calins et de vérifier que tout allait bien.
Réaction aigre-douce, elle réclamait des calins sur la tête, mais reculait (doucement) lorsque j'essayais de lui caresser l'encolure au lieu de la tête.
Je suivais son recul, et ai fini par me positionner à hauteur de son épaule pour la caresser sur l'encolure et le dos.
Le bon côté, c'est que, il y a encore quelques jours, ce recul se serait fait plus brutalement, et le fait que je m'impose à hauteur de son encolure se serait accompagné d'oreilles couchées et d'un début de "je te montre le cul" alors que, là, c'était calme et tranquille.
Quelques caresses puis je suis partie, la jument me suivant jusqu'à la cloture.

N
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Naia   Dim 4 Juil 2010 - 14:19

Hier matin, rien de particulier hormis une chaleur insupportable et un temps orageux pour tout arranger...

Par contre, le midi :
Je vais voir les juments. Je caricature à peine en disant que l'on voyait plus les mouches et les taons que les juju...
J'ai mis de l'émouchine à Upa.
Je m'approche alors de Naïa pour lui en mettre aussi.
Et là, j'ai fait 2 erreurs :
la 1ère, c'est que comme j'avais commencé par badigeonner Upa, j'avais les mains qui sentaient l'émouchine.
la seconde, c'est que j'ai pensé pouvoir lui mettre la longe sans avoir besoin de commencer par tenir le licol.
Résultat, Naïa a fait un bon en arrière de 2 ou 3m.
Quand j'ai voulu me rapprocher, elle a recommencé son cinéma : oreilles couchées, croupe qui se tourne vers moi, etc.
Je connais la suite, je n'ai pas insisté. Je suis retournée poser la longe, le tube d'émouchine.
Je suis retournée la voir.
Elle a accepté que je la touche sur les naseaux, mais encolure tendue, et je ne pouvais donc pas approcher suffisamment la main pour pouvoir ne serait-ce que tenir le licol.
Je me suis contentée de cela, et suis donc partie.

L'après midi s'est passé à essayer d'encaisser la chaleur. Les chattes sous une haie en bordure de terrasse, les juments à l'ombre d'une haie de noisettiers, nous dans la maison, devant les ventilateurs...

Le soir, j'ai pu approcher un peu plus, mais Naïa était tendue et nerveuse.

Ce matin, par contre, jument identique à ce qu'elle était ces derniers jours, acceptant que je la touche de la tête à la croupe, se laissant la tenir par le licol, me laissant mettre la longe sans hésitation.

Et comme ce n'est pas la 1ère fois qu'elle me fait une "crise émouchine", et que les seules fois où j'ai pu lui en mettre cela tenait du miracle, je me demande si je vais insister. C'est pour son confort, pas pour le mien, et visiblement elle a horreur de cela... Elle ne fait ni dermite ni réaction "anormale" aux inévitables piqures, c'est donc son problème si elle aime jouer les reines des essaims...

N
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Naia   Lun 5 Juil 2010 - 10:39

Hier après midi, nouvelle vague de chaleur orageuse...

J'ai attendu les environs de 19h pour envisager de monter Naïa. Le ciel était de plus en plus couvert, cela tonnait au loin, mais au moins il faisait un peu moins chaud...

Le protocole, semblable à celui des séances de monte précédentes :
Je vais à la rencontre de Naïa qui vient vers moi.
Je la prends par le licol, puis lui mets la longe.
Mon fils me rejoint avec le tapis.
Il faut le lui faire sentir, et la calmer doucement pour qu'elle l'accepte sur le dos : elle sursaute au 1er contact, puis elle tourne, s'inquiète, mais le tout sans la moindre menace ni agressivité. Petit à petit, elle accepte le contact du tapis, et on peut alors le lui mettre sur le dos.
Hier, cela a été un peu plus facile que les fois précédentes.
Une fois qu'elle a le tapis sur le dos, je le tiens d'une main pendant que mon fils va cherche la selle, et il peut alors la lui mettre facilement.
Vient alors la mise en place du filet. Le licol ne lui passant plus que autour de l'encolure, je lui mets le filet sans mors, en version "caveçon", rattache la longe à l'anneau central de la muserolle, puis je rajoute le mors. C'est l'un des avantages de cette "multibride". Le tout se passe très facilement.
Mon fils tient alors la longe, puis je me prépare à monter. La jument tourne un peu sur elle-même, mais je monte malgré tout facilement.
Le "pro" qui l'a débourrée disait qu'elle ne savait pas regarder derrière elle et que c'était pour cela qu'elle s'inquiétait. J'ai du mal à y croire, mais pourquoi pas...
Je prends les rênes, mon fils détache la longe, et c'est parti.
Jument très speed, mais ne cherchant pas à me virer.
Elle prend un trot très actif, je la laisse faire, rênes quasi longues, le temps qu'elle se défoule un peu. Puis, lorsque le rythme ralenti, je reprends les rênes, la remets au pas, et nous nous dirigeons vers la forêt.
J'ai pris la piste qui mène de chez nous au sentier qui longe le terrain. Il y a des éboulis de pierre au milieu, et cela grimpe bien. Dans les éboulis, je l'ai laissée se débrouiller. Ce n'est pas un Mérens, mais cela s'est malgré tout bien passé, elle a juste trébuché une fois ou deux.
Arrivé au sentier, j'ai tourné à gauche.
Le sentier fait un petit m de large, avec un talus d'un côté, et un contrebas de quelques m de l'autre, entre les arbres. Elle était très attentive à tout ce qui l'entourait, bruits, mouvements divers, au point d'en oublier d'avancer, mais elle n'a fait aucun écart.
Nous avons fait 200m jusqu'au 1er endroit où on peut faire demi tour puis j'ai pris le chemin de retour car le temps était vraiment très menaçant et, de toute façon, on ne pouvait pas aller beaucoup plus loin à cause d'un éboulement.
Pour redescendre les éboulis, j'ai préféré descendre de son dos, et la guider par le meilleur passage.
Comme nous n'étions plus qu'à 100m de la maison, je ne suis pas remontée sur son dos.
Nous sommes rentrés à pied, puis je l'ai déshabillée.

N
Revenir en haut Aller en bas
Kaïs
Vieux Tromblon


Messages : 4322
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 41
Localisation : Bazas Breakdown, proximité Bordeaux

MessageSujet: Re: Naia   Lun 5 Juil 2010 - 10:42

Question: tu ne l'attaches jamais?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canter.exprimetoi.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Naia   Lun 5 Juil 2010 - 11:19

Naia06 a écrit:
Il faut le lui faire sentir, et la calmer doucement pour qu'elle l'accepte sur le dos : elle sursaute au 1er contact, puis elle tourne, s'inquiète, mais le tout sans la moindre menace ni agressivité. Petit à petit, elle accepte le contact du tapis, et on peut alors le lui mettre sur le dos.
Ta description me rappelle ma grisette.
Pareil, mot pour mot.
Alors que le tapis, je lui ai déjà montré des dizaines de fois sous toutes les coutures, caressé, fait bouger, etc. jusqu'à ce qu'elle voie bien que c'est absolument inoffensif.
MAIS il faudrait le faire tous les jours, et encore.
L'impression qu'elle "oublie" et que l'appréhension reprend en permanence le dessus, donc si tu ne rames pas en permanence dans l'autre sens... Rolling Eyes le lendemain, même appréhension du contact et tu peux recommencer pareil, comme si tu n'avais rien fait.
D'où les gros doutes que ça m'inspire au niveau mental de ces chevaux, tant ma jument que la tienne. Il y a quand même quelque chose qui cloche chez elles, non?

J'imagine que tu as déjà dû "désensibiliser" aussi?
Ca te donne quelle impression avec Naïa?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Naia   Lun 5 Juil 2010 - 11:57

Kaïs :

Non, pas d'attache car le seul anneau d'attache (qui date de bien avant que l'on achète la maison) est très mal placé dans un endroit où elle risque de se blesser.
Je dois réaménager une autre zone, mais pour cela je dois attendre que les travaux en cours sur la maison soient terminés. Ce sera pour le mois d'août je pense.

Avant qu'elle soit à la maison, il est arrivé qu'elle soit attachée et, en particulier, nous avions essayé de la "plaquer" contre le mur pour l'empêcher de tourner au moment de lui mettre tapis et selle. Elle était 3 fois plus nerveuse, et bougeait encore plus, au point que nous avions eu peur qu'elle se blesse en tapant le mur ou qu'elle nous blesse nous, pas forcément volontairement mais par un mouvement trop brutal.

La tenir permet d'avoir un contact physique étroit avec elle, et semble aider à la calmer : main posée sur le chanfrein ou sur le garot, tenue de la longe ferme mais moins brutale que celle d'un mur.
Attachée, elle s'énerve (je devrais dire s'énervait puisque je n'ai pas retesté depuis qu'elle est à la maison) de plus en plus, allant jusqu'à quelque chose qui ressemble à de la panique alors que, tenue, cela s'améliore assez vite.

Ondine :

Pour l'instant, je ne sais pas trop quoi dire ou penser...
Mine de rien, cela fait beaucoup de changements en peu de temps.
Naïa a vécu plus de 8 ans tranquille dans un champ en Normandie et là, depuis décembre, elle a commencé par atterrir dans un club proche de Marseille, s'y faire débourrer très (trop) vite en mai, perdre sa compagne de toujours, arriver chez nous avec Upa fin mai, etc.

Depuis une dizaine de jours, j'ai de gros, très gros progrès de sa part. Plus ou moins en dent de scie, c'est normal, mais avec une progression malgré tout très nette.
Oui, j'ai parfois l'impression de devoir repartir de zéro tous les jours mais, en fait, lorsque je repense au détail de chaque séance, et surtout lorsque j'en discute avec mon mari qui ne participe jamais mais observe beaucoup, je me rends compte que l'amélioration est lente mais malgré tout bien réelle. Les réactions de la jument sont moins violentes, elle n'a plus été agressive (hormis avec l'émouchine) depuis plusieurs jours, ce qui prenait 10 minutes il y a une semaine n'en prend plus que 5, etc.

Typiquement, elle accepte aujourd'hui parfaitement la longe qui la faisait fuir et la rendait menaçante il y a 3 semaines.
Je peux maintenant la toucher sur tout le corps, bas des postérieurs compris, sans qu'elle couche les oreilles ou ne fasse mine de s'éloigner alors qu'elle fuyait ce contact il y a 1 mois.
Elle n'a quasiment plus jamais de mouvement de recul lorsque je prends le licol en main : les seules réactions de défense qu'elle ait eues ces derniers jours étaient dues à l'émouchine, ou à des mouvements un peu brusque de ma part.
etc.

Oui, je fais de la "désensibilisation". Avec un résultat bizarre du type de celui que tu décris : Elle commence par des réactions de peur et de défense, puis accepte le contact, se calme totalement, et accepte tout, comme un cheval n'ayant plus besoin de désensibilisation depuis longtemps. Et le coup suivant, on recommence, mais avec une première phase nettement plus courte, des réactions moins violentes, moins de temps nécessaire pour qu'elle se calme.

J'oubliais de préciser que, à lire ce que tu dis de ta Grisette, il y a une différence notable entre elles deux :
Ta Grisette semble se passer parfaitement de la compagnie des humains. Alors que Naïa la recherche, et ce depuis le début : même dans les périodes où elle a été le plus insupportable, elle approchait de nous dès qu'elle nous voyait. Elle refusait qu'on la touche si on tenait le licol ou la longe, mais réclamait des calins si on ne tenait rien, par exemple.


Est-ce qu'elle a un grain, ou est-ce qu'il y a eu trop de changements d'un seul coup, je n'en sais rien. La très nette progression me fait pencher pour la seconde variante, mais je ne pourrai en être sure que d'ici quelques temps...

Quant à ta grisette, elle me rappelle également Jessica, ma 1ère jument. Jessi avait été tellement tabassée lorsqu'elle était poulain que, lorsque je l'ai connue, elle ne prenait plus le temps de réfléchir ou de prévenir : la meilleure défense est l'attaque, elle ne laissait pas le bénéfice du doute à ceux qui approchaient, et attaquait avant qu'ils ne soient assez proches pour lui faire le moindre mal... J'étais la seule avec qui elle soit détendue et même gentille, je n'ai jamais su pourquoi.
Petit à petit, j'avais réussi à le rendre plus "zen" mais, pendant des années, elle a gardé un comportement méfiant, craignant les baffes et ne se calmant qu'à partir du moment où elle constatait que, au moins pour cette fois, ce n'était pas ce qui était au programme...
Tu m'as dit que ta grisette avait pris de sacrées raclées. N'aurait-elle pas ce même font de méfiance ? Si elle n'a pas compris les raclées en question, il se peut qu'elle se demande à chaque fois si c'est une raclée ou un calin qui l'attend !


N
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Naia   Lun 5 Juil 2010 - 13:42

Pour l'attache, je n'ai pas d'anneau au pré, hormis un pas très solide dont j'évite de me servir (pas envie qu'ils apprennent à tirer avec Rolling Eyes ), c'est vrai que c'est une autre habitude mais j'aime bien aussi.
Avec des chevaux délicats comme Naïa ou Ondine, c'est une manière plus rassurante pour eux de les aborder, sans les attacher à un mur au préalable.
Ma grise n'a jamais bougé à l'attache, mais pareil que Naïa: potentiellement beaucoup plus anxieuse "coincée" et attachée que "libre" tenue en longe.

En plus c'est sympa aussi côté éducatif: on leur apprend à venir, à rester là...

Naia06 a écrit:
J'ai parfois l'impression (...) que la séance se finie par une acceptation de sa part non pas parce qu'elle n'a plus peur, mais parce que sa "confiance en nous" prend le dessus. Et c'est vrai que, le coup suivant, le "protocole" redevient le même
Es-tu sûre qu'il s'agit vraiment d'acceptation, et non de résignation?
As-tu l'impression que ta jument reste "avec toi", sereine et présente, et accepte pleinement ce que tu lui fais; ou bien qu'elle se déconnecte et plutôt subit?
Je serais très intéressée de lire ta réponse. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Naia   Lun 5 Juil 2010 - 13:49

La réponse est sans la moindre hésitation : sereine.

Résignée, elle resterait passive, amorphe, accepterait n'importe quoi sans plus chercher à réagir.

Là, elle se "remet" au contraire à réagir à l'environnement après avoir été totalement absorbée par sa réaction première : un oiseau qui chante et vers lequel elle tourne la tête, par exemple, ou un insecte qu'elle veut chasser, se frotte à nous en réclamant des calins, tourne la tête vers mon fils si il approche avec un bonbon, etc.

N
Revenir en haut Aller en bas
ioshi
Militant


Messages : 125
Date d'inscription : 12/10/2009

MessageSujet: Re: Naia   Lun 5 Juil 2010 - 15:15

Pour l'émouchine, tu pourrais essayer de travailler avec un spray rempli d'eau. Ca permet de l'habituer à la manipulation (et j'ai l'impression que pour elle, plus on la manipule, mieux c'est) sans qu'il y ait l'odeur du produit, ce serait peut-être moins difficile à accepter pour elle? Mais tu as peut-être déjà assez de trucs sur lesquels tu travailles avec elle, tu n'as peut-être pas besoin d'un exercice en plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Naia   Lun 5 Juil 2010 - 15:22

Naia06 a écrit:
La réponse est sans la moindre hésitation : sereine.
Alors ça, c'est cool et ça laisse espérer de bons progrès.

+1 avec Ioshi pour le spray rempli d'eau.
Et tu vaporises sur ta main, en même temps que tu la caresses.
C'est comme ça que j'ai fait avec ma grisette la première fois: elle a vu que je passais la main en même temps que le spray, et ne s'est fait AUCUN souci. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Naia   Lun 5 Juil 2010 - 15:33

ioshi a écrit:
Pour l'émouchine, tu pourrais essayer de travailler avec un spray rempli d'eau. Ca permet de l'habituer à la manipulation (et j'ai l'impression que pour elle, plus on la manipule, mieux c'est) sans qu'il y ait l'odeur du produit, ce serait peut-être moins difficile à accepter pour elle? Mais tu as peut-être déjà assez de trucs sur lesquels tu travailles avec elle, tu n'as peut-être pas besoin d'un exercice en plus...

J'essaierai peut être. Mais effectivement, même si j'en ai ras le bol de la voir envahie par les taons, ce n'est pas forcément l'urgence.
Argument complémentaire dans le sens de laisser tomber pour l'instant, j'utilise de l'émouchine "à tartiner" (en réalité une fabriquation maison totalement équivalente à celui vendu en tube) et je le passe à la main, en faisant attention à ce que mon geste soit le même que lorsque je la caresse. Le fait qu'elle réagisse malgré tout me fait penser que c'est l'odeur qu'elle déteste, plus que le contact (je n'ai pas la sensation que le produit la brule et qu'elle y soit alllergique, par exemple).

N
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Naia   Mar 13 Juil 2010 - 10:43

Désolée, journées très chargées en ce moment. Je n'ai pas le temps de vous raconter mes "échanges" avec Naïa au jour le jour, et, après coup, il est difficile de se souvenir suffisamment pour vous raconter de la façon qui vous convient. Alors à ma façon :

Les choses progressent doucement. Jument de plus en plus facile à manipuler. Quelques "trucs" qu'elle ne supporte toujours pas, mais sa réaction est de moins en moins forte, et, surtout, elle reprend de plus en plus rapidement ensuite un comportement "normal" et même "tendre".

Du coup, comme on a moins de cas où elle est désagréable parce qu'elle n'a pas aimé ce que l'on avait fait avant (façon de parler), il est plus facile de déterminer justement ce qui provoque la "mauvaise" réaction.

Et j'ai remarqué qu'il y a de nombreux points qui sont "à gauche je veux bien, mais à droite je refuse, j'ai peur, ou je montre que je n'aime pas".
Exemples : dès que l'on est contre son flanc ou sa croupe côté droit elle est très méfiante (oreilles couchées). Elle donne très bien le postérieur gauche mais je dois y aller très cool pour toucher le postérieur droit. Lorsqu'elle est sellée, un étrier remonté qui descend brutalement ne la gêne pas si c'est à gauche, lui fait peur si c'est à droite. etc.

L'origine peut être un mauvais souvenir, une habitude, ou un problème physiologique, comme une mauvaise vision à l'arrière droite par exemple, alors je vais essayer de le vérifier dans les jours qui viennent. Ce ne serait rien de grave, sinon on l'aurait remarqué bien plus tôt, mais en tenir compte pourrait améliorer les choses.

N
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Naia   Jeu 15 Juil 2010 - 11:00

Résultat de mes petits tests d'hier :

- j'ai bougé les doigts près de ses yeux, pour vérifier ses réactions. C'est confirmé : elle voit des 2 yeux Laughing
Seule petite nuance, la réaction est un petit peu moins vive si je le fais légèrement en arrière de son oeil droit que si je le fais en arrière de son oeil gauche.

- confirmé également, elle est droitière. Je l'avais déjà noté en selle ou lors du travail en longe, je l'ai confirmé dans des exercices au sol par exemple en lui demandant de me suivre en tournant très court.

- si je me place contre sa croupe à droite, elle tourne un peu plus la tête pour me regarder que si je me place au même endroit à gauche.

N
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Naia   Mer 21 Juil 2010 - 18:20

Si on est loin derrière elle, pour nous regarder elle se tourne autant que ce soit vers la droite ou vers la gauche, pas de problème osthéopathe, donc.
On revient donc à l'idée du mauvais souvenirs... Et à la patience qu'il va falloir mettre en place pour le lui faire passer.

Sinon Ondine va être contente, je m'oppose à la dominante : mademoiselle Naïa s'est pris un coup de pied au cul hier... Je n'aime pas taper, mais elle m'avait énervée.

N.
Revenir en haut Aller en bas
Kaïs
Vieux Tromblon


Messages : 4322
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 41
Localisation : Bazas Breakdown, proximité Bordeaux

MessageSujet: Re: Naia   Mer 21 Juil 2010 - 20:50

Mieux vaut ne pas attendre d'être énervé pour taper correctement....

(proverbe chinois local)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canter.exprimetoi.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Naia   Aujourd'hui à 16:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Naia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CANTER :: Présentation des chevaux & de leur travail-
Sauter vers: