CANTER

L'équitation et le cheval au petit galop...Exposer et échanger les méthodes d'éducation et de dressage du cheval: dans leur diversité, tenter d'identifier les dénominateurs communs aux approches, aux disciplines, mais surtout aux individus
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 KAISER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10 ... 17  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KAISER    Mar 12 Oct 2010 - 22:33

Gaëllemic a écrit:
Saga, par exemple, même si ce n'est carrément pas le même engin, avait besoin d'être manipulé avec le mors au tout début (hein Ondine !! Wink );
Oui! et j'en avais fait un beau aussi, de vol plané et ski nautique à plat ventre.
C'est clair que c'est mieux quand on a la possibilité de corriger dès le début.
Revenir en haut Aller en bas
pascaleW58
Vieux Tromblon


Messages : 2335
Date d'inscription : 21/09/2007
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: KAISER    Mar 12 Oct 2010 - 23:39

Merci pour tous les petits mots gentils...

Et comme tout n'est pas si noir :

Mon petit troupeau : (bah ouai, à partir de trois, j'ai l'impression que ça fait un troupeau Laughing )



La terrriiiiiible violence de la baiiiite face à mon père (qui se méfiait ++++ du gros et qui au fil des seaux de pomme à fini par me dire que le gros était aussi sympa que les autres (oui, tant qu'on essaye pas de le faire bosser, hum....). Je lui dit de faire gaffe quand même à tout signe de dérive. (moi, j'aurai réclamé plus d'espace avant de passer sous le fil - pour les bonnes manières)

Typiquement, le gros n'est pas allé se servir dans le seau, il a du obtenir un morceau puis s'est écarté sur demande.

D'un autre côté, j'ai clairement expliqué dès le départ au gros que quand on met de la bouffe, faut rester délicat. Mais il n'a pas été contestaire, et tout se passe très bien.



Là aussi, on peut voir l'énervement général des deux autres, face à l'arrivée du bienfaiteur des équidés (celui qui apporte de la bouffe et ne fait jamais travailler Wink) :




Le gros devrai être au régime et privé de pommes, mais il faudrait séparer... gestion compliquée en mon abscence.


J'ai crains au départ qu'il mette le bordel lors des questions de bouffe, mais pas du tout, pas de menaces ni d'énervement, il se comporte à peu près comme les deux autres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KAISER    Mer 13 Oct 2010 - 0:34

igw58 a écrit:
Mon petit troupeau : (bah ouai, à partir de trois, j'ai l'impression que ça fait un troupeau Laughing )
Ben tu aurais du mal à dire "la horde sauvage"! Laughing
Dis donc, on dirait que le père Igor a bien profité de l'été aussi? Smile
Revenir en haut Aller en bas
pascaleW58
Vieux Tromblon


Messages : 2335
Date d'inscription : 21/09/2007
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: KAISER    Mer 13 Oct 2010 - 14:02

Ondine a écrit:

Dis donc, on dirait que le père Igor a bien profité de l'été aussi? Smile

Il a profité de l'herbe d'automne... et de conditions de rationnement moins strictes que d'habitude du fait de la "réintroduction" de Kaiser en "troupeau".

Je ne le sentais pas trop de restreindre tout le monde sur une toute petite surface, et en plus ça coïncidait avec un changement de pré (donc la première semaine, la "cantine" a été plus que généreuse).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascaleW58
Vieux Tromblon


Messages : 2335
Date d'inscription : 21/09/2007
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: KAISER    Lun 25 Oct 2010 - 1:52

WE du 16/10/10

(je vous épargne le détail de quelques sessions d’attache « indestructible » ou le gros entreprend de creuser une tranchée et/ou de déglinguer le grillage à proximité avec les dents. Il devrait finir par prendre patience, en attendant, il pige que mes attaches ne cassent pas.)

J’embarque le gros le samedi, direction le Morvan.

Je le prend en filet (mors à levier) et le cheval embarque sans discuter ni hésiter (je lui laisse le temps de renifler le pont, comme je fais avec Igor, et dès qu’il relève la tête, je lui demande d’embarquer). La bagarre de la fois précédente n’a donc pas été inutile.
Il appelle les autres, gratte…. Ça finit par se tasser.

Belle balade de 2h30 en terrain vallonné, avec beaucoup de trot.

Et à l’arrivée, hop, on le met dans « l’autoroute à chevaux » (traduction personnelle de « paddock paradise ») des copines. Le but est :
- de faire maigrir le gros en lui offrant plus d’espace et moins de bouffe qu’à la maison
- de continuer à lui (ré)apprendre la vie en société

Le troupeau des copines est composé de trois hongres et d’une jument.
Les deux hongres dominants sont venus plus ou moins en roulant les mécaniques, Kaiser ne s’est pas laissé impressionner, ils se sont flairé le nez, et ça a été tout.

Puis la jument a décidé de prendre les choses en main, elle l’a chargé les dents en avant, et comme elle n’avait visiblement pas l’intention de s’arrêter, le gros a fini par garer ses fesses…
Cinq minutes plus tard, le gros a bien pigé qu’il n’était pas le bienvenu. Il n’a pas tenté plus que ça de faire connaissance.
Il a tourné les talons, et est revenu à notre hauteur à la barrière, avec des petits hennissement (le genre de hennissement qui veut dire « salut les copains » à moyenne distance) qui m’étaient clairement destinés. Et il est resté vers nous pour attendre la suite des événements.
Nous sommes partis boire le thé.

Quand je reviens, Kaiser est à l’autre bout du terrain. Je l’appelle, pour voir la réaction. Il me répond (ça doit bien faire 200m de distance), et amorce une tentative de venir me rejoindre, stoppe en voyant que les autres sont sur son chemin.
Le temps que je fasse demi tour avec le camion, il est à la barrière…
Je lui explique qu’il va bien falloir s’intégrer, vu qu’il reste là pour la semaine…

WE du 23/10/10

Je retrouve le gros.


(t'as pas encore des pommes ? )


Je mesure le tour de taille qui ne semble pas avoir varié de manière significative, même si je trouve que le cheval a changé (dans le bon sens). J’ai l’impression qu’il a perdu du ventre et de la croupe.



La copine me dit que la jument ne le supporte pas, et l’a coursé toute la semaine. Il est seul avec elle dans la « double clôture » de « l’autoroute à chevaux » depuis le lundi. Les trois autres sont « à l’engraissement » dans le milieu, la copine trouvant qu’il n’y a pas assez à manger dans le circuit extérieur (la jument est à une autre copine, qui elle trouve comme moi qu’il y a bien assez à bouffer).


coté "à l'engraissement" / côté "régime"

Kaiser se tient au niveau des trois hongres, relativement proche même si un fil les sépare. Par contre, il se tient à une certaine distance de la jument…

On s’en va faire deux bonnes heures de balade. Le gros va plutôt bien, même s’il essaye de tirer au flanc au pas : il essaye de prendre un pas très lent à chaque transition tros/pas et je doit me bagarrer pour obtenir le pas délié « correct » dont il est capable. Et surtout, il est obnubilé par l’herbe et vachement pénible à propos de ça (et pourtant, je ne laisse pas faire).
Je continue à demander pli + petit report de poids de temps en temps. Ca vient, avec le mâchonnement du mors qui va avec.

Il va vraiment super bien pieds nus, même si le terrain était globalement très soft : il marque rarement sur les cailloux, et montre une belle aisance dans les chemins gravillonneux. Ca m’étonne vu qu’il a les pieds très plats, mais bon…




A propos des pieds, l’antérieur droit qui est un peu « déformé » (mais rien de dramatique) présente une profonde fissure sur la lacune médiane. Les trois autres pieds ont une fourchette absolument nickel.
Je mets un produit dedans (Kevin bacon – un machin dont le forum pied nu faisait l’apologie et qui semblait effectivement fonctionner sur Igor, même si rien vraiment miraculeux en application uniquement le WE…), et je bourre la fissure avec un coton de dentiste.
Ca à l’air d’aller mieux : la semaine dernière, je rentrais 2 cotons (fissure vraiment vachement profonde), ce WE, un seul. Le cheval ne montre aucune sensibilité particulière liée à la chose.

Le bestiau est remis dans « l’autoroute à chevaux » avec la mégère pour la semaine qui vient.


(Dégaaaaaaage - et les 3 autres comptent les points )

Sera rapatrié le WE prochain. Il est resté à la barrière, mais semblait plus serein que le WE d’avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïs
Vieux Tromblon


Messages : 4322
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 41
Localisation : Bazas Breakdown, proximité Bordeaux

MessageSujet: Re: KAISER    Lun 25 Oct 2010 - 9:59


je trouve qu'il a minci.

si t"as 3 minutes je veux bien un croquis des installations paddock machin de ta copine ++
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canter.exprimetoi.net
Gaëllemic
Vieux Tromblon


Messages : 1421
Date d'inscription : 24/09/2007
Age : 41
Localisation : proximité Dijon

MessageSujet: Re: KAISER    Lun 25 Oct 2010 - 10:24

J'ai l'impression aussi qu'il a minci Smile
En tout cas, encore du temps avec ce régime là et tu vas te retrouver avec un super athlète. Il sera vraiment très beau en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KAISER    Lun 25 Oct 2010 - 11:03

Ca m'intéresse aussi, l'autoroute à chevaux. Laughing

Le gros a perdu son lard, il est beaucoup mieux ainsi!

Hormis la platitude, les pieds ressemblent énormément à ceux de Nina, de bons pieds de trait: la forme générale du pied et des lacunes, la grosse fourchette au contact sur toute sa longueur, et qui s'élargit, les talons bas et larges.
(Nina a toujours eu cette lacune médiane un peu profonde, c'était sain et ça n'a jamais posé de problème)

Revenir en haut Aller en bas
pascaleW58
Vieux Tromblon


Messages : 2335
Date d'inscription : 21/09/2007
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: KAISER    Lun 25 Oct 2010 - 12:51

Gaëllemic a écrit:
J'ai l'impression aussi qu'il a minci Smile
En tout cas, encore du temps avec ce régime là et tu vas te retrouver avec un super athlète. Il sera vraiment très beau en tout cas.

merci .
Je veux surtout un cheval en bonne santé, et qui ne souffre pas en balade à suivre les autres.

Ondine a écrit:
Hormis la platitude, les pieds ressemblent énormément à ceux de Nina, de bons pieds de trait: la forme générale du pied et des lacunes, la grosse fourchette au contact sur toute sa longueur, et qui s'élargit, les talons bas et larges.
(Nina a toujours eu cette lacune médiane un peu profonde, c'était sain et ça n'a jamais posé de problème)

Pour un cheval obèse et paré une fois/an, il a eu étonnamment peu de déformation de pied. Là, je pense qu'on part sur une base génétique hyper solide....
Ferré deux fois dans sa vie, et est pas mal sorti pieds nus entre 2 et 4 ans, ça a du jouer aussi.


Pour la lacune, le pied en photo est le pied sain.
Le pied bizarre, la lacune est fine et très profonde (1,5 à 2cm au départ ? ça m'impressionne en tout cas, bien que ça à l'air de se combler). Noirâtre dedans (champignon ?), mais pas d'odeur bizarre.

Je bourre de coton + produit contre pourriture de fourchette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KAISER    Lun 25 Oct 2010 - 15:57

Il semble avoir de très bons pieds, ses pieds ressemblent vraiment à ceux de Nina qui les avait en béton.

Il faudra ptêt juste veiller à ce que la fourchette ne déborde pas sur les lacunes en hiver, car la boue peut s'accumuler en-dessous et moisir. Un coup de rénette de chaque côté et c'est réglé. De temps en temps, je coupais aussi autour de la lacune médiane pour la dégager aussi.

Une copine met du vinaigre de cidre dans les lacunes, pour les assainir à la mauvaise saison.

(j'adore la bouille du gros Kaiser sur la 1ère photo! Smile )
Revenir en haut Aller en bas
pascaleW58
Vieux Tromblon


Messages : 2335
Date d'inscription : 21/09/2007
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: KAISER    Ven 12 Nov 2010 - 0:37

WE du 30/10/10

Kaiser a maigrit, c’est officiel ! Le mètre à ruban dit « 1m99 » de périmètre thoracique.
La jument est en chaleur depuis le début de la semaine, et son comportement vis à vis de Kaiser a radicalement changé : elle est très amoureuse…
J ‘arrive en camion avec Igor. Kaiser semble le reconnaître et salue l’arrivée du copain par un grand hennissement.
C’est parti pour deux jours de rando dans le Morvan. Les chemins choisis sont plutôt doux, mais certains passages restent assez caillouteux. Igor va vraiment très bien pieds nus, et Kaiser, malgré son manque d’entrainement et son surpoids s’en sort remarquablement bien.
J’emmène le groupe avec Igor, ce qui signifie que nous avançons d’un bon pas et que les temps de trot énergique. Kaiser ne relâche pas, mais tente de plus en plus souvent de trottiner sur la fin de la journée (fatigue ? …).

Deuxième jour : Kaiser est superbement sage à l’attache, comme un vieux routier de rando. C’est magique comme un peu de travail fait changer un cheval…
Idem le midi, le gros constate qu’il ne peut pas aller brouter et donc… attaque la sieste.
Il cherche plus souvent à trottiner ce deuxième jour, effet probable de la fatigue.
Arrivée le soir. Remis au pré, Kaiser semble préférer la compagnie d’Igor à celle de la jument (pourtant toujours très amoureuse).

1h plus tard, on embarque pour repartir chez nous. C’est là que l’affaire se corse… Kaiser se souvient probablement que la dernière fois, il a voyagé seul et s’est retrouvé parachuté dans un endroit inconnu avec des chevaux pas spécialement sympas avec lui.

Au licol d’abord, en insistant un peu j’arrive à lui faire monter le pont, donne un morceau de pomme pour remercier… et deux secondes plus tard il me tracte en arrière pour ressortir. On lui met le filet. Il refuse de remonter, se met de travers et finit par se déporter jusqu’à être le long du pont dans le mauvais sens, tête du côté des copains.
Je commence alors à taper crescendo sur la cuisse pour lui faire pivoter les hanches et le remettre dans l’axe du pont. Chose que normalement il sait faire, sauf que là, visiblement stressé à l’idée d’être séparé des autres, il refuse de se détourner des copains et commence à se défendre en levant les fesses… Je continue crescendo (ça commence à être franchement fort). Il finit par pivoter. Petite pause de retour au calme, autant pour lui que pour moi qui commence à m’inquiéter de la pression qu’il va falloir mettre pour qu’il entre dans la boite (et de la dangerosité de l’affaire).
Finalement je n’ai pas besoin de mettre trop de contrainte, le gros du conflit est passé.
Mais une fois attaché dans le camion, il appelle les autres et se met en diagonale pour essayer de se retourner pour voir derrière lui. Heureusement, qu’on est deux, Sandrine lui prend la tête pour l’amener vers l’intérieur, il pivote les hanches et je peux fermer le bas flanc.

Merci Igor de monter gentiment, et ce même si l’ouverture est relativement étroite quand le bas flanc est accroché.

Au passage je note que la vilaine manie de mâchonner les cordes ressort dès qu’il y a conflit. Elle a à peu près disparu en utilisation « normale », au moins il a arrêté de me ravager les rênes.

Le lendemain, vermifuge pour tout le monde. Aucun problème pour le gros, sauf qu’il a voulu mâcher l’emballage…


WE du 07/11/10

Balade le samedi. C’est moi qui le monte, je le trouve un peu lourd à manœuvrer et le sollicite sans cesse pour avoir une impulsion convenable. Plus facile quand il y a Igor pour tirer devant…
Il cherche constamment à brouter, vraiment pénible.

Un peu de travail à pied le dimanche. Le gros n’aime pas du tout ça. Ces quelques dernières séances à pied, je le sens mal à l’aise, il tente de mâchonner la longe, il trotte dans une impulsion « nerveuse » quand je le fait partir sur le cercle. Je pense que ça devrait se tasser quand il aura mieux compris son boulot.
Il a encore tenté et réussi à se débarrasser de moi d’une amorce de coup de pied. Ca faisait un moment qu’il n’avait pas tenté le coup, je pensais que ça commençait à passer. J’ai tout lâché pour esquiver (sachant la bagarre perdue d’avance – autant limiter les dégâts de mon côté).

Je le rattrape. Recommence à demander calmement du boulot (marche avant, arrêt éventuellement suivi d’un pas ou deux de reculer, redémarrage… puis travail sur du déplacement latéral à pied). Il retente de tout arracher, se fait sévèrement engueuler.
J’arrête sur un cheval qui certes obéit, mais n’est pas aussi serein qu’il faudrait : je le sens tendu. Mais autant passer à autre chose plutôt que d’insister indéfiniment sur un truc qu’il n’aime pas et qui va mener au conflit.

Je mets les longues rênes pour une petite sortie en extérieur. Je les fais passer dans une boucle en ficelle qui repose sur le dos. Comme ça en cas de conflit, je ne suis pas coincée par le surfaix et peut plier la tête.

C’est la deuxième sortie comme ça. Ca se passe bien, mieux que la première, il semble aimer ça. Sauf qu’il veut brouter et que je dois sans cesse le renvoyer en avant.
Je travaille l’arrêt, le démarrage et les ordres de direction.

La première fois, le démarrage avait été laborieux, assez édifiant aussi sur les défenses que connait Kaiser pour s’opposer au cavalier, et dont il m’a servi une partie du répertoire : bifurquer et monter les talus, tentatives de demi tour… et passage sous les branches basses (andouille, je ne suis pas dessus…). Mais au bout de 200m d’explication un peu houleuse, où lui et moi constatons qu’en mors à levier, c’est moi qui « gagne » (enfin tant que je ne fais pas d’erreur), il fini par se mettre en avant, et à partir de là plus de problème.


11 novembre.


Je me suis levée très tard et ne peux rien prévoir de sérieux. Je prend un chiffon blanc et ma petite sacoche à friandises, et m’en vais tenter d’apprendre à Kaiser le principe d’un des premiers exercices « clicker » : toucher une cible (le chiffon) sur demande.
« Toucher une cible sur commande » ne présente pas grand intérêt en soi, mais le cheval apprend en cours de route que la distribution de friandise est soumise à des règles, et que ça ne sert à rien de mendier. Et ça lui apprend le sens du « oui » (je n’ai pas et ne veux pas de clicker).
Et puis j’aimerai apprendre quelques tours de cirque au gros, ici en l’occurrence ramasser un truc avec les dents et me l’amener. Donc première étape, apprendre à toucher le truc.
J’avais déjà essayé l’hiver dernier, mais le cheval n’avait eu aucun intérêt pour l’exercice.
Là, je crois qu’il a commencé à comprendre. Au passage, je remarque un comportement intéressant : lorsqu’il ne comprend pas ce qu’on lui demande (il comprend bien par contre que je demande quelque chose), il couche les oreilles et s’éloigne, grincheux.

Et le truc rigolo : Igor nous observe, et au bout d’un moment, arrive vers moi, contourne Kaiser et pof, colle le nez sur la cible. « Crétin de fjord », semble-t-il dire, c’est facile, tu colle le nez contre le truc, et elle te file de la bouffe (« alors, ça vient ? »).
Igor sait aller toucher une cible posée par terre à une quinzaine de mètres de moi sur commande. Mais ne montre aucun intérêt pour l’attraper avec les dents… dommage pour le cirque…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaëllemic
Vieux Tromblon


Messages : 1421
Date d'inscription : 24/09/2007
Age : 41
Localisation : proximité Dijon

MessageSujet: Re: KAISER    Ven 12 Nov 2010 - 11:02

Ca a l'air de quand même plutôt s'améliorer tout ça. Kaiser se calme, devient plus paisible, les conflits vont moins dans l'extrême et s'étouffent avant le clash ...
Pour le travail à pieds peut-être qu'en effet ce genre d'exercice le gonfle particulièrement et qu'il n'aime vraiment pas ça, chacun son truc ... Alors que les longues rènes c'est peut-être mieux.
Je sais que pour Mic aussi, ce genre de travail ça le gonfle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascaleW58
Vieux Tromblon


Messages : 2335
Date d'inscription : 21/09/2007
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: KAISER    Sam 13 Nov 2010 - 21:22

Oui, je pense que ça s'améliore doucement quand même. C'est moi qui suis impatiente, aussi... (et très intolérante à la mauvaise éducation...).


Essai d'embarquement aujourd'hui, au départ de la maison. Les copains sont dans un pré à

800m.

Le gros embarque sans protestation : je lui ai bien laisser le temps de flairer le pont,

l'ai remis gentiment dans l'axe deux fois alors qu'il commençait à prendre la tangente, et

il s'est engouffré dedans.

Pommes et seau d'avoine. Il n'a pas fini le seau... inquiet d'être coincé là sans les

copains (appelle).


Je l'ai ramené en camion au pré.


Le problème n'est pas le camion en soi, il n'a pas peur de monter dans la boîte. Le

problème est le manque d'éducation général qui fait qu'il n'est pas aux ordres, et que du

coup un jour c'est oui, un jour c'est non, selon contexte et humeur du moment...

Il a l'air cependant d'avoir acquis l'idée que refuser de monter lui vaut des ennuis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascaleW58
Vieux Tromblon


Messages : 2335
Date d'inscription : 21/09/2007
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: KAISER    Lun 22 Nov 2010 - 22:56

WE du 20 novembre 2010

Balade Igor +Kaiser + Philou : Kaiser tente fréquemment de passer à l’allure supérieure plutôt que d’allonger pas et trot… rappels à l’ordre… les allures se développent doucement. Il transpire beaucoup plus que les autres : trop gras et beaucoup de poil… mais au niveau souffle, ça va, il arrive maintenant à soutenir l’allure.

Encore que je n’ai pas pu faire autant de trot soutenu que voulu, car Philou s’est mis à boiter après le seul galop en montée fait sur la fin de la balade (enfin re-boiter – problème de dos je pense, d’une fois sur l’autre il ne boîte pas du même pied).

Le samedi après midi : petit rappel des exos Parelli de base, sans insister car ce n’est pas trop mal fait et que je tiens à conserver la bonne volonté de la bestiole pour la suite.
La suite : début des longues rênes en carrière. Jusqu’à présent, on faisait de la ligne droite en extérieur. Le but est de préparer ensuite à la traction pour débardage léger et ski joering.
Donc pour commencer, portions de cercles et de lignes droites, rêne intérieure « inversée » pour mieux gérer d’éventuels débordements (possibilité de plier la tête).
But : mise en avant, respect de la distance avec le meneur à pied. Ca se passe bien, alors je passe les LR normalement, dans les anneaux du surfaix.
La encore, portions de cercle et de lignes droites, au pas puis au trot puisque tout va bien. Plusieurs transitions pas/trot et arrêt. L’impulsion pourrait être meilleure, mais il obéit gentiment à mes demandes vocales de transitions montantes, alors je ne vais pas aller plus loin dans l’exigence pour cette première session.
Je pousse même jusqu’à demander des changement de courbes, et amorcer des huits… ça passe nickel : il reste de bonne volonté et agréable au niveau de la tension des rênes.
La direction est un peu flottante, bien sûr pour une première fois, mais il comprend très bien mes demandes de changement de direction.
Avec une séance comme ça (calme et sereine), avec l’intelligence du gros, je suis sûre de récupérer +++ les bénéfices la prochaine fois (cheval de bonne volonté dans l’exercice, et ayant tout assimilé de ce que je lui ai demandé). Je suis super contente.

Le lendemain, il est allé faire 15 km de trot (monté) derrière un vélo, mais sans moi, j’étais partie faire bosser Igor.

Kaiser est très rigolo dans son intégration dans le « troupeau » : il est outré qu’on puisse enlever un des deux autres, et estime que si on vient en chercher un, il faut emmener tout le monde. Il reste calme, mais appelle à intervalles réguliers le copain qu’il voit dehors…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KAISER    Mar 23 Nov 2010 - 10:21

Bien bossé!
Revenir en haut Aller en bas
pascaleW58
Vieux Tromblon


Messages : 2335
Date d'inscription : 21/09/2007
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: KAISER    Mar 7 Déc 2010 - 23:26

Je reprend ici pour ne pas polluer la section skijo.

Citation :
Ondine a écrit:
on a traqué le "trot syndical" jusque dans ses moindres retranchements. Inertie, demi-tours, tout droit vers la sortie, lever le cul, etc., elle a tout essayé pour s'y soustraire, avant de se résigner à l'effort. Mise en avant énergique dans un premier temps. Dans un second temps, elle a trouvé sa cadence, et la satisfaction de faire bien son boulot a pris le relais. Smile

C'est exactement là ou on en est. (hors contexte bordélique du skijo - je parle du comportement sous la selle)
Mais je pense qu'il ne comprend pas vraiment ce que je lui veux : il me donne sans problème les transitions montantes arrêt/pas et pas/trot (et galop aussi, en extérieur ou à la longe - en skijo me contexte était trop perturbateur), mais pas le "plus d'engagement dans l'effort" et la tonicité de l'allure.

Par exemple il va partir dans un galop lourdaud plutôt que d'augmenter la tonicité du trot.


Gaëllemic a écrit:
Citation :
+ pas encore assez d'entrainement physique pour que ça lui soit facile.
Oui je pense que cela vient de là. Dans quelques temps ça ira mieux avec le travail de fond d'extérieur et les trottings !! Smile

+1 (enfin j'espère Wink ).

Kais a écrit:
Vic a eu, ce trot molasse et surtout "retenu", l'incapacité à en gager et s'engager.
Je ne l'ai pas violée à ce sujet et me suis dite qu'elle serait "constitutionnellement" un traine-cul.
Un jour (au bout d'un ou deux ans), elle a transformé cet aspect et je me suis retrouvée avec un cheval qui avancait vaillemment.

Tu me rassure un peu (pas trop, avec le coup "d'un an ou deux"). Surtout que j'ai renoncé à le faire bosser sérieusement à ce sujet, marre de taper dessus à répétition, ça nous écoeure tous les deux.

Pour revenir sur la remarque de Gaëlle, j'essaye de le sortir avec des chevaux qui le "tirent", pour que l'entrainement physique se fasse.

Il y a quinze jours, c'est une amie qui le montait et me disait que le cheval avait deux "mode de fonctionnement", un mode relativement délié, ou il arrive à suivre les autres au pas (mais pas à temps complet, et pas quand il fatigue), et un mode "off", où il se traine, n'est pas délié et tente de trottiner pour rattraper.

Ondine a écrit:
Oui, mais tu dis toi-même que Vic est d'un caractère énergique, ce n'est pas du tout la même chose qu'un cheval de tempérament paresseux, vélleitaire à l'effort et qui n'aime pas bouger.
Un cheval qui se retient, c'est différent d'un cheval qui s'économise.

Je ne pense pas qu'il s'économise à outrance. Mais à voir avec la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaëllemic
Vieux Tromblon


Messages : 1421
Date d'inscription : 24/09/2007
Age : 41
Localisation : proximité Dijon

MessageSujet: Re: KAISER    Mer 8 Déc 2010 - 11:00

Citation :
Il y a quinze jours, c'est une amie qui le montait et me disait que le cheval avait deux "mode de fonctionnement", un mode relativement délié, ou il arrive à suivre les autres au pas (mais pas à temps complet, et pas quand il fatigue), et un mode "off", où il se traine, n'est pas délié et tente de trottiner pour rattraper.
J'ai envie de dire que cela confirme que cela vient d'une difficulté physique qui s'atténuera avec le temps et l'entrainement et la perte de sa surcharge pondérale.
Plus ça ira, mieux ça ira.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KAISER    Mer 8 Déc 2010 - 11:58

Par rapport à Igor, Kaiser est probablement plus limité et doté de moyens plus modestes.

igw58 a écrit:
pas le "plus d'engagement dans l'effort" et la tonicité de l'allure.

Par exemple il va partir dans un galop lourdaud plutôt que d'augmenter la tonicité du trot.
C'était la même chose avec Nina. Moins fatigant de trottiner nonchalamment que d'allonger le pas... et quand il fallait suivre au galop, si on la laissait faire, c'était alternance de galop précipité, et de trot moyen (pour reprendre son souffle, car incapable de tenir la distance What a Face ), bref la solution la plus économique au niveau impulsion.

A toi de voir ce que Kaiser peut te donner et jusqu'où tu peux demander ou pas.
En tenant compte des limites physiques mais surtout morales de ton cheval.
(Nina était limitée par sa conformation, mais plus encore par son moral: mental "faible", je veux dire rapidement distrait ou découragé, velléitaire, peu volontaire, peu persévérant, volonté très bonne mais modeste: donc tant qu'on avait des ambitions également modestes voire un tout petit peu plus d'exigence, elle était de bon coeur; si exigence excessive, c'était désespérant pour nous 2 Neutral )

Citation :
Surtout que j'ai renoncé à le faire bosser sérieusement à ce sujet, marre de taper dessus à répétition, ça nous écoeure tous les deux.
Saine et sage décision, à mon avis. Smile

On en était arrivées au même stade avec ma grosse. Exaspération mutuelle, et mauvaise humeur, à force de se faire la guerre.
J'ai heureusement reporté toutes mes attentes sur un bon copain qui n'attendait que ça Smile , arrêté de lui "taper" dessus pour rien. N'en attendant que peu, elle m'a donné plus encore, avec sa gentillesse à elle. I love you
(j'ai l'impression que tout comme j'appréciais ma grosse, tu aimes ton cheval mais vous êtes profondément différents, c'est plus de l'affection et du respect qui vous lie que de réelles affinités comme avec Igor Wink )

Bonne idée les sorties à 2 avec un cheval énergique.
Nina et le grisou, c'était compétition à fond, et ils se tiraient la bourre. Là, j'avais de l'impulsion pendant 2 heures. Laughing

Citation :
Il y a quinze jours, c'est une amie qui le montait et me disait que le cheval avait deux "mode de fonctionnement", un mode relativement délié, ou il arrive à suivre les autres au pas (mais pas à temps complet, et pas quand il fatigue), et un mode "off", où il se traine, n'est pas délié et tente de trottiner pour rattraper.
Limite physique et limite morale.

Revenir en haut Aller en bas
pascaleW58
Vieux Tromblon


Messages : 2335
Date d'inscription : 21/09/2007
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: KAISER    Sam 25 Déc 2010 - 12:22

19 décembre 2010

On embarque Kaiser (sans problème) et Igor sous l’œil navré d’Astérix, pour une balade avec des copains.
C’est moi qui monte Kaiser.
Le cheval a une très agréable relation à la main maintenant, il est souple dans la bouche au pas et au trot « normal », il me donne du pli sur demande. Au trot allongé et au galop, il tombe sur les épaules et devient lourd à la main (j’essaye de lui demander de se « soutenir » en relevant la tête, en attendant un meilleurs équilibre). Mais on progresse : il est maintenant capable d’allonger le trot plutôt que de partir au galop. Le pas se délie aussi, même s’il n’arrive pas à suivre la cadence des autres quand ils marchent vite (trottine).

Au retour, il se dérobe une fois face au pont puis embarque sans plus se faire prier. Je suis sur le licol, et plus sur le mors de bride (mais armée de mon stick…).

Les chevaux sont restés à l’attache (avec foin) pendant que l’on mangeait à midi : Kaiser commence à être très sage à l’attache.

Les copains m’ont fait plaisir, ils m’ont dit qu’il n’était plus « comme la première fois » (où Kaiser était encore bien trop gras et « ramait » à suivre les autres) et que finalement, il avait l’air intéressant à monter. De fait, je ne m’ennuie plus à le monter, même s’il reste du travail pour que ça soit plus confortable (pas assez délié et pas encore assez de condition physique).

Séance en carrière avec Kaiser – 20 décembre 2010

Je ramène le cheval du pré jusqu’à la maison (500 m), offre un fond de seau d’orge pour lui rendre les choses plus positives et faire un « break » entre la séparation de copains et l’embarquement en camion. J’appréhendais un peu de le (re)transporter seul du fait de ses mauvaises manières des fois précédentes, mais je me suis dit que c’était une très mauvaise raison de ne pas le faire.

Il embarque gentiment, avec à peine une ou deux ébauches de louvoiement face au pont. J’attache, récompense généreusement (pain, pomme) et c’est parti. Il appelle une peu les autres, mais ne gratte pas ni ne s’énerve. Il va gratter un peu en cours de route (petit coup de volant pour signaler que je n’apprécie pas), il hennit de temps en temps.

Au retour il embarque « normalement » : je l’amène devant le pont, et on monte dans la foulée, sans hésiter (pomme, pain à chaque fois). Il commence à devenir agréable à transporter : je ne l’entends quasiment plus reprendre son équilibre.

Une séance « découverte » de la carrière, il n’a pas tenté de se rouler mais se promenait parfois le nez en bas de manière suspecte…

Un peu de longe au départ, le cheval est sage et à l’écoute. Puis je monte à cheval.

On a suivit la lice, fait des figures au tracé un peu aléatoire. Je travaille pli + report de poids sur l’épaule extérieure. Ca commence à venir. Je fais attention à récompenser en relâchant que quand il se met à mâcher le mors.

Des transitions pas/trot avec quasiment pas de main : voix plus assiette.


22 décembre 2010

Je prévois une séance de longues rênes.
J’ai à peine refermé le fil qui ferme le coin de pré utilisé comme aire d’entrainement, que Kaiser m’arrache la longe des mains (pourtant mise sur le mors) et démarre ventre à terre en appelant les copains (qui ne sont pas loin mais invisibles).
Je le rattrape. Vers la porte, 10 mètres plus loin, à peine le temps de s’éloigner de la porte, re-arrachage, assorti de menace de coup de pied, comme d’habitude…

Le gros traverse la petite rivière qui coupe le pré pour tenter de rejoindre les autres. Sans succès, il revient ventre à terre, se rejette dans la rivière (de l’eau quasi jusqu’au ventre quand même) sans la moindre hésitation et fonce vers la porte où je l’intercepte.
Le même miracle que d’habitude, il n’a jamais marché sur la corde, donc ni cassé le filet, ni pris de taquet dans la bouche.

Sur mes gardes, j’entreprends de le faire marcher en main. Des arrêts incisifs, assortis parfois de quelques pas de reculé. Je lui demande de chasser les hanches, puis je demande du déplacement latéral, exercice que l’on commence à maitriser, mais qui lui demande une certaine soumission aux ordres. Il refuse de me le donner, marche contre le stick au lieu de céder , menace de taper… explication houleuse, mais j’en vient à bout, il fini par céder et me donner le déplacement demandé (avec du pli, bouche mobile).

Après hésitation, je tente les longues rênes (mais sans les passer dans les anneaux du surfaix…). Une séance instructive pour moi, mais éprouvante.
Le gros trotte énergiquement, obnubilé par sa séparation d’avec les autres, et je sais que s’il trouve la faille, il me prendra la main (et cassera probablement les longues rênes et le filet…). A chaque fois qu’il échoue, c’est un pas de plus sur la bonne voie, mais s’il réussi, c’est un retour en arrière de dix pas…

Bref, il n’y est pas arrivé, mais il fallait que je fasse très attention, à bien rester positionnée en arrière de l’épaule, pour éviter qu’il fasse demi tour en me faisant face. Ca a bien failli finir en vrac une fois.
Les choses se sont un peu tassées, et j’ai pu lui faire faire demi tour deux ou trois fois vers l’extérieur avec les longues rênes, histoire de lui faire comprendre que cette défense là ne fonctionne pas toujours (parce que à la longe, c’est comme ça qu’il m’arrache la longe des mains).

L’après midi, j’ai tenté un peu de travail monté. Je voulais une session calme pour travailler sur mon assiette, mais Kaiser en a décidé autrement.
Déjà quand je vais le chercher, il louvoie un peu se souvenant probablement de la session du matin. Mais un fond de seau d’orge l’attend.
Le bestiau a le diable au corps. Il ne pense qu’aux autres, trotte ventre à terre (je ne freine pas). Il essaye plus d’une fois de me débarquer en faisant le gros dos, heureusement, il n’est pas très doué dans l’entreprise.
Le point positif de l’affaire, c’est qu’il montre qu’il est tout à fait capable d’une belle impulsion… sauf qu’elle n’est pas du tout à mon service.
Je le remet au pas et sanctionne tout trottinement par un coup de stick sur l’encolure. Il connaît le message, et ça fonctionne. Je demande de grandes courbes qu’il me donne pas trop mal, puis essaye l’exercice « focus » du PNH qui consiste à viser un point et à ramener le cheval sur la ligne droite qui y mène s’il dévie. Je suis surprise de constater que le gros ne dévie pas tant que ça, même s’il a la tête ailleurs.
Puis un peu de travail « pli et report de poids sur l’épaule extérieure ». Ca s’en vient, et même si le cheval pense à rejoindre la porte et a trottiner, j’en ai contrôle pas si mauvais, merci le travail « dans le pli ».

On arrête là dessus. Le cheval n’a pas cessé de penser aux autres tout du long, mais à fini par se mettre tout de même un peu aux ordres à la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïs
Vieux Tromblon


Messages : 4322
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 41
Localisation : Bazas Breakdown, proximité Bordeaux

MessageSujet: Re: KAISER    Sam 25 Déc 2010 - 13:08

Courage ça va venir.
Tu bosses BIEN.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canter.exprimetoi.net
pomme de pin
Militant


Messages : 476
Date d'inscription : 22/12/2009
Localisation : Creuse

MessageSujet: Re: KAISER    Sam 25 Déc 2010 - 15:55

Pfiouuu, il n'est vraiment pas de tout repos ce gros Kaiser...
Bravo pour ta persévérance, ta vigilance, et ton intransigeante et patiente fermeté, je suis admirative.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.equidynamie.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KAISER    Dim 26 Déc 2010 - 13:32

Pfiouuu que de boulot!
+1 Kaïs et Pomme de pin
Revenir en haut Aller en bas
pascaleW58
Vieux Tromblon


Messages : 2335
Date d'inscription : 21/09/2007
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: KAISER    Mer 29 Déc 2010 - 1:13

Merci pour les encouragements

Je savais à quoi m'en ternir en récupérant Kaiser, mais parfois pfffff....
Je ne doute pas d'en venir à bout, mais je me demande combien de trucs on va casser avant... (il m'a pété un seau en jouant avec, j'ai failli casser irréversiblement le seul filet à sa taille il y a un mois, heureusement, la réparation était possible, il m'a cassé l'attache de la bâche qui protège mon matériel dans le camion et aujourd'hui, il a entrepris de creuser une tranchée en grattant d'énervement dans le pré pendant que les deux autres étaient partis bosser (et il aurait pété le fil s'il n'y avait pas eu le courant : je l'ai vu se prendre un bon coup de jus)...)

27 décembre 2010

Kaiser est toujours obnubilé par les autres, mais ça va finir par se tasser en fin de séance. Il marche vite et « dérive » vers la sortie à chaque passage. Beaucoup de pas, rênes tendues ponctuellement pour demander pli+report de poids, puis je relâche et le laisse marcher.
J’ai essayé de le laisser trotter, mais il restait trop fébrile et je ne pouvais rien en faire.



Kaiser reste un bon professeur. Et il m’a probablement fait un cadeau surprenant, bien qu’il va me falloir du temps pour pleinement l’apprécier : la cession de mâchoire.

J’ai « amélioré » ma pratique de l’exercice « pli et report de poids sur l’épaule extérieure » en ne relâchant ma demande que quand le cheval cède dans sa mâchoire.

Il en résulte que le cheval me donne cette cession de plus en plus facilement. Je remarque aussi que le cheval ne cède (n’est capable de céder ?) que lorsqu’il s’incurve et donne l’amorce de report de poids. J’ai alors l’impression que d’un seul coup, le cheval « rentre » dans les jambes (report de poids) et les mains (pli et cession de mâchoire).
Ne maitrisant pas complètement le concept, j’ai entrepris de fouiller sur le net, mais ça n’a pas tout éclairci.
J’ai parfois l’impression que les gens ne savent pas clairement de quoi ils parlent, surtout ceux qui parlent de « décontraction ».
Je veux dire : tel que je fais en ce moment, je demande au cheval de céder dans sa mâchoire, exactement comme je lui demande de céder à la pression pour ranger les hanches ou céder à la pression du licol : je met une pression et je relâche quand il me donne la bonne réponse. Et alors forcement, il décontracte la mâchoire quand il la mobilise (mobiliser = rendre mobile, au plus strict sens du terme). Mais moi j’appelle ça « demander une cession » et pas « décontracter ». (je ne suis pas en train de lui dire « détends toi mon gars », mais plutôt « (ac)cède à ma demande »).
Cession, flexion et décontraction de mâchoire, est-ce la même chose ?
Dans du travail « classique », demande-t-on la cession (cession = on a appris au cheval avant qu’il devait céder dans sa bouche sur demande du mors) où est-ce un point de contrôle (décontraction= le cheval a la bouche mobile, mais sans que ça résulte d’un apprentissage de la réponse à donner) ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KAISER    Mer 29 Déc 2010 - 11:29

Perso, j'ai également du mal à faire le lien entre cession de la machoire et décontraction et surtout pourquoi l'un ne marche pas sans l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Kaïs
Vieux Tromblon


Messages : 4322
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 41
Localisation : Bazas Breakdown, proximité Bordeaux

MessageSujet: Re: KAISER    Mer 29 Déc 2010 - 11:59

J'ai vu plein de chevaux de dressage dont la machoire cédait mais dans un état qu'on ne peut qualifier de décontraction.
Pour moi ces deux notions sont souvent amalgamées en un état faux.

Il cède donc il est décontracté = non ce sont bien deux choses différentes
Il bave donc il est décontracté = non c'est encore deux choses différentes

De mes sensations:

Je ne parlerai pas de cession de machoire, j'estime ne pas savoir ce que c'est / ne pas la rechercher spécialement.

Lorsque le cheval "donne le pli", c'est à dire conserve le pli désigné de lui meme, en engageant fort sous lui pour compenser le déséquilibre du à l'immobilisation de son balancier, cela donne une sensation très nette: le cheval "monte" sous soi et surtout "remplit" la rène extérieure.

Il peut y avoir machouillement (cession si on veut) sans pour autant donner le pli (Victoire), ou donner le pli sans machouillement, de manière figée (Jardineira, elle commence juste à "animer" sa bouche).
Cette animation de la bouche, je préfère appeler ca comme ça plus que cession est un signe assez positif du cheval qui "joue" avec le mors. J'ignore quelles en sont les tenants et aboutissements, mais un cheval qui accepte de jouer est plus confiant et réceptif qu'un qui reste figé.
Souvent, autre amalgame, on confond ce babillement qui normalement est doux avec des défenses sournoises comme claquement de dents et compagnie (j'ai vu des gens confondre et clamer: "il est décontracté" sur un cheval qui faisait des rictus discrets mais brutaux).

Au sujet de la bave, il y a encore un mythe coomme quoi cheval qui bave = cheval décontracté
Toujours d'après mes observations, je dirais que cela n'a pas de lien, que le cheval commence à baver à partir du moment ou il se déplace en position de placer/ramener, le chanfrein à la verticale > la bave, au lieu d'aller dans le fond de la bouche, sort par gravité par la bouche.
Par contre j'arrive maintenant à voir une vraie différence entre la bave d'un cheval décontracté, volubile sur son mors et qui a ce "babillement" et un qui est placé figé: dans le premier cas on a affaire à une mousse abondante et neigeuse, alors que dans le second c'est beaucoup plus liquide.
Gene d'Or, qui était champion du pli donné en babillant et donc placé: on pouvait nous suivre à la trace dans le manège par l'écume de mer qu'il lachait régulièrement de sa bouche. Une vraie mousse à raser avec du volume.

Quand à la décontraction: c'est comme le pli donné, la sensation change, on le sait de suite, le cheval n'est plus tendu mais offert, totalement serein, il n'y a plus trace d'aucune résistance aux aides. Une vraie "décontraction" dans le sens physique et mental du terme. Quand cela survient on est vite au courant. La première clef est de travailler sur SOI pour éliminer toutes ses tensions à soi et que le cheval se cale sur le repère d'état physique que le cavalier donne. Quand je vois des gens vouloir "décontracter" en intervenant comme des malades sur la bouche et tendus comme des arcs de leur "désir", ca me fout la honte pour les gens qui leur ont appris ça............... Il ne faudrait rien vouloir d'autre que soi être parfait, d'abord Wink

Cela rejoint ta recherche sur l'assiette et la posture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canter.exprimetoi.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: KAISER    Aujourd'hui à 19:32

Revenir en haut Aller en bas
 
KAISER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 17Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10 ... 17  Suivant
 Sujets similaires
-
» Kaiser et le saut : difficile à le suivre
» Kaiser 14cm DAMIKI CRAFT
» Inscrire Kaiser sur la liste club. Haaa je suis nulle !
» Kaiser, un cache-cache parmis d'autres jeux...NEW p.3
» Un pas de plus avec Kaiser, P.3 photos...<3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CANTER :: Présentation des chevaux & de leur travail-
Sauter vers: