CANTER

L'équitation et le cheval au petit galop...Exposer et échanger les méthodes d'éducation et de dressage du cheval: dans leur diversité, tenter d'identifier les dénominateurs communs aux approches, aux disciplines, mais surtout aux individus
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Une "sale toux", étude de cas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Kaïs
Vieux Tromblon


Messages : 4322
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 41
Localisation : Bazas Breakdown, proximité Bordeaux

MessageSujet: Une "sale toux", étude de cas   Ven 9 Déc 2011 - 0:08

Bon j'essaye de me fendre d'un probablement (très) long post au sujet de la toux que j'ai dans l'écurie depuis un an.
Accrochez vous. Pour ceux qui auraient le courage de lire + des idées sur le sujet je suis toute ouïe (ou tous zieux).


Pour le contexte je rappelle que les chevaux sont au pré sans abri en pâturage extensif, avec deux vermifuges par an environ.


Octobre 2010
Aucun cheval chez moi ne tousse.

Arrive un nouveau pensionnaire, Kapone.
Dès la première semaine je note une toux fréquente et forte + un jetage impressionnant
Paniquée à l'idée de la gourme j'appelle la proprio, qui m'explique que:
- le cheval tousse et jette depuis 3 ans
- déclenchement dans une écurie ou il y avait foin dégueulasse et poussière, jamais solutionné depuis
- ce n'est pas une toux d'effort
- plusieurs traitements ont été tentés: antibiotiques, cortizone, sans trop d'effet et le cheval a été catalogué "allergique au foin" par le vétérinaire.
Donc depuis 3 ans, dès qu'il y a de la poussière en été ou du foin, Kapone mouche et tousse fortement.

Le premier mois Kapone est exclusivement avec Lua, pouliche de 1 an, qui n'attrappera jamais la toux de tout l'hiver.


Novembre 2010
Ensuite Kapone mis exclusivement avec Victoire (andalou-percheron)
Au bout d’un bon mois, Victoire commence à tousser sporadiquement mais de manière identique (toux après alimentation, pas de toux d’effort).
Kapone, quand a lui, tousse de moins en moins en fréquence/intensité, mais continue à tousser.


Décembre 2010
Kapone et Victoire rapatriés avec reste de la troupe : 2 poulains (Ab. + Lua) et 3 adultes (Kapone, Victoire, Jardi)
La toux de Victoire s’accentue : elle pête sous l’effort des quintes
Pas de toux observée à l’effort
Deux fois à un mois d’intervalle je la vois an « coliques » à se lever, coucher, ne pas manger. Cela passe sans aucune intervention mais je pense aux larves pulmonaires
 vermifuge complet de l’ensemble de la troupe


Décembre 2010 + Janvier 2011
Strongid + 3 semaines plus tard un Duo Ivermectine + praziquantel
L’examen des crottins post vermifuge de la troupe ne révèle aucune présence parasitaire flagrante. La toux de Vic et Kapone persiste à l’identique.
 abandon de l’hypothèse parasitaire


Janvier 2011
La toux de Vic est identique
Une respiration « poussive » par les flancs apparaît….
 je commence à soupçonner un truc infectieux et mets sous boostant immunitaire (propolis)
 la toux diminue nettement ++ mais la respiration poussive continue


Février 2011
Le troisième adulte (Jardineira) commence à tousser très ponctuellement (donc là aussi après plusieurs semaines de mise en contact). Les deux poulains sont indemnes de tout signe clinique.
 Consultation Victoire + Jardineira
 Pas de signes infectieux sur Victoire, ganglions sur la Jardineira (grise)
 Le véto effectue écouvillonnage nasal sur la grise, pas sur la baie ou d’après elle « l’épisode infectieux si il y a eu est loin derrière ».
 L’écouvillonnage nasal revient négatif (respiratoire equin 3 valences)
 Cortisone + antiallergique 3 mois sur Victoire : désamorce la crise de toux, la respiration reste à l’identique.

Ayant eu le feu vert de la véto sur le plan « contagion dangereuse », deux chevaux entrent en pension :
- une 2 ans assez basse d’état attrappe la toux en moins de 10 jours…
- un trait breton de 3 ans n’attrappe rien… mais de retour chez lui les deux ponettes qui sont au pré se mettent à tousser…. !
 infectieux avec des porteurs sains ??


Mai 2011
Les 3 chevaux toussent toujours à des intensités /fréquences diverses.
Un ami ayant eu son cheval avec le meme tableau et traité avec succès par son véto, je « vole » l’ordonnance : Avemix + Ventipulmin 10 jours.
A titre d’expériementation je mets les 3 sous avemix 5 jours + ventipulmin pour les deux « poussifs » Kapone et Victoire.
De ce traitement :
 disparition totale de la toux chez Jardi
 très très nette diminution de la toux, voire disparition, chez Kapone (tousseux depuis 3 ans ! présumée allergie au foin…)
 très nette diminution de la toux chez Victoire, au moins en violence et fréquence, mais respiration anormale persiste


Juillet 2011
La respiration anormale de Victoire persiste voire augmente alors que la jument est à l’herbe.
La jument est triste et fatiguée. A la dernière répétition elle a trébuché beaucoup + entrée en détresse respiratoire.

Véto avec demande d’analyses sérologie Lyme et piroplasmose
Traitement de 15 jours Avemix + ventipulmin
Le ventipulmin ne donne rien seul ou associé à l’antibiotique
Dès la première semaine d’antibiotique la toux disparaît, ainsi que la respiration poussive à 90 % ; la jument redevient normale en comportement et au travail.
Arret de l’antibiotique = la respiration poussive revient ++ en 24h
Retour des analyses : traceur piroplasmose +++
Traitement carbesia deux injections à 48h
 disparition de la respiration poussive, retour de la jument à la normale.
 Un reliquat d’anomalie de respiration poussive est parfois observé dans les mois qui suivent


Octobre 2011 :
Réapparition brutale de la toux et de la respiration poussive, creshendo sur une semaine ; état général éteint, jument anormale et triste.
Traitement carbesia en aveugle : pas à peu d’amélioration toux et respiration, par contre la jument reprend nettement de la vitalité et du peps. La toux ne s’aggrave plus alors qu’elle était en progression violente la semaine qui a précédé le carbesia.
 La piroplasmose est un facteur dégradant qui permet l’installation ou l’aggravation de l’anomalie, mais n’est pas la cause.

Recherches bibliographiques sur les causes possibles
• Dyctiocaulose : parasite pulmonaire, traiter à l’ivermectine : le tableau concorde mais il me semble que la toux a persisté à une vermifugation ivermectine l’hiver dernier… > après vérification la dernière ivermectine date de décembre 2010 lors de la première apparition de la toux justement cela a été ma première piste réflexe…
http://cheval.kalianxis.com/accueil/parasitoses-et-mycoses-internes/fiches-maladies/dictyocaulose#
• Aspergillose : mycose respiratoire et sur les poches gutturales avec inflammation de la trachée > hormis qu’il n’y a pas de saignement naseau le tableau « opportuniste » qui profiterait de l’affaiblissement par une piroplasmose colle assez bien
http://cheval.kalianxis.com/accueil/parasitoses-et-mycoses-internes/fiches-maladies/aspergilloses


Novembre 2011 :
le carbesia traitement piroplasmose ayant eu un effet limité (a juste stoppé la progression, mais toux et respiration poussive persistent), on choisit d’explorer la piste d’une mycose respiratoire.
La jument est mise à 10 gouttes HE Eucalyptus globulus + HE Tea tree sur un bout de pain deux fois par jour.
En une semaine la toux a disparu (vestiges ponctuels néanmmoins) mais la respiration demeure anormale poussive. La jument travaille bien au pas et au trot, respire anormalement au galop.
Kapone, qui ne tousse plus mais recommençait un léger jetage, a été traité également et Jardineira comme témoin : disparition des jetages de Kapone.

 on maintient le traitement sur la durée avec HE Eucalyptus Globulus + HE Tea tree + HE Ravintsara pour antifongique + booster système immunitaire
 on pense tenter de traiter une fragilité/anomalie de terrain par Flore Process





Resumé :

Toux violente des voix respiratoires hautes (type trachéite)
Respiration anormale « poussive »
Pas de crépitements à l’auscultations de type enphysème à ce stade
Etrange contamination/contagion, sur des incubations longues de plus d’un mois

« Flambe » sur une autre infection, sur une faiblesse du système immunitaire (piroplasmose par exemple)
Sensible aux antibiotiques qui font disparaître la toux (Avemix) et les pbs respi, mais le pbs respi réapparaissent dès arrêt des antibios
Sensible aux HE antifongiques (Eucalyptus globulus et Tea tree), qui font disparaître la toux, mais la respiration laborieuse persiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canter.exprimetoi.net
Kaïs
Vieux Tromblon


Messages : 4322
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 41
Localisation : Bazas Breakdown, proximité Bordeaux

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Ven 9 Déc 2011 - 0:21

Donc en résumé:
en octobre 2010 entrée d'un cheval réputé allergique au foin toux + jetage depuis 3 ans, et "garanti non contagieux par les vétos"
durant l'hiver plusieurs cas de contamination, dont un qui "tourne mal", et plusieurs cas de "non contamination"...

Différentes pistes sont explorées (explorer une piste correctement me prend environ 2 à 3 mois) :
- parasitisme classique = zéro réaction sur tous les cas
- infectieux traitement antibio et/ou boostant immunitaire = réponse positive sur tous les cas (ca la fout mal pour le "réputé non contagieux" des vétos)
- traitement pour piroplasmose associée aggravante voire déclenchante= réponse positive sur le cas chronique salé par deux fois
- parasitisme fongique = réponse positive, pour l'instant incomplète mais début d'exploration de la piste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canter.exprimetoi.net
breizh-daglue
Déchainé


Messages : 802
Date d'inscription : 18/04/2011
Age : 30
Localisation : Ploneour-Lanvern/Quimper

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Ven 9 Déc 2011 - 16:25

Citation :
Le ventipulmin ne donne rien seul ou associé à l’antibiotique

Je ne comprends pas bien la fin de la phrase : peux-tu préciser si tu as essayé ventipulmin seul et que ça n'a rien donné ou si tu as essayé les antibiotiques seuls et que ça a eu le même effet que l'association des deux médocs?
( ps pour ce qui ne connaissent pas : Le ventipulmin est un béta2mimétique = traitement symptomatique uniquement il améliore la ventilation en dilatant les bronches. Il ne traite pas la cause. )

Citation :
abandon de l’hypothèse parasitaire

Je ne suis pas sûre que la résorbtion de l'ivermectine au niveau intestinal permette des doses plasmatiques assez élevées pour être actives au niveau systémique. Je pense que c'est le pourquoi des vermifuges injectables. Du coup je ne suis pas sûre que tu puisses éliminer la cause parasitaire sur le simple fait que le vermifuge oral n'ai pas marché.

Pour l'aspergilus j'ai notion que ça ne touche que les personnes immunodéprimées+++ ou avec une maladie respiratoire chronique grave ce qui ne doit quand même pas être le cas de tes chevaux. Aspergillus est présent absolument partout donc il n'y a finalement pas de notion de contagion. Il faudrait donc une explication par une maladie contagieuse qui aurait créé l'immunodépression permettant la surinfection à Aspergillus.

Et ton véto il dit quoi?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïs
Vieux Tromblon


Messages : 4322
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 41
Localisation : Bazas Breakdown, proximité Bordeaux

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Ven 9 Déc 2011 - 16:49

breizh-daglue a écrit:
Citation :
Le ventipulmin ne donne rien seul ou associé à l’antibiotique

Je ne comprends pas bien la fin de la phrase : peux-tu préciser si tu as essayé ventipulmin seul et que ça n'a rien donné ou si tu as essayé les antibiotiques seuls et que ça a eu le même effet que l'association des deux médocs?
( ps pour ce qui ne connaissent pas : Le ventipulmin est un béta2mimétique = traitement symptomatique uniquement il améliore la ventilation en dilatant les bronches. Il ne traite pas la cause. )

Ventipulmin seul = aucun changement de l'état respiratoire durant les mises sous produit et leur arrêt (essais sur plusieurs jours ou semaines)

ventipulmin + antibio avemix = nette aélioration de l'état respiratoire

avemix seul = nette amélioration de l'état respiratoire, puis retour de l'anomalie dès l'arrêt des antibios


breizh-daglue a écrit:

Citation :
abandon de l’hypothèse parasitaire

Je ne suis pas sûre que la résorbtion de l'ivermectine au niveau intestinal permette des doses plasmatiques assez élevées pour être actives au niveau systémique. Je pense que c'est le pourquoi des vermifuges injectables. Du coup je ne suis pas sûre que tu puisses éliminer la cause parasitaire sur le simple fait que le vermifuge oral n'ai pas marché.
Ce serait effectivement une piste à creuser. Moi aussi je me suis posée la question.


breizh-daglue a écrit:

Pour l'aspergilus j'ai notion que ça ne touche que les personnes immunodéprimées+++ ou avec une maladie respiratoire chronique grave ce qui ne doit quand même pas être le cas de tes chevaux. Aspergillus est présent absolument partout donc il n'y a finalement pas de notion de contagion. Il faudrait donc une explication par une maladie contagieuse qui aurait créé l'immunodépression permettant la surinfection à Aspergillus.
Ben la piro: ça colle à fond. La piro permet l'installation pathologique du champignon opportuniste, c'est justement en lisant ce processus que tu décris bien que j'ai trouvé la piste interessante.


breizh-daglue a écrit:

Et ton véto il dit quoi?
Tu veux me faire rire ou pleurer?
La première véto a dit que c'était "comme ça", que ça allait passer chronique, qu'elle était devenue "allergique à la poussière" (comme le véto de kapone, qui était encore une autre!) et a mis sous traitement cortisone de cheval (qui a pu faire flamber un champi, au hasard, surtout suivi de 2 traitements antibios derrière en 6 mois.....!!), puis sous antiallergique 3 mois. Dès l'arret de la cortizone les symptomes ont repris de plus belle. Ah c'est sur, sous cortizone la jument était nickel (une semaine....)

La seconde véto a dit que c'était probablement "comme ça" et qu'il faudriat faire avec, que c'était devenu chronique, etc.

Le genre de discours insupportable pour moi qui ai failli crever de ce type d'approche durant 6 ans de maladie de lyme et n'ait du mon salut qu'à des recherches biblio et des essais scabreux permis par l'ordonnancier et le savoir de ma mère. Aucun toubib n'aurait osé ce qu'on a fait. J'étais en train de mourir et maintenant je suis vivante, donc je n'ai PLUS AUCUB SCRUPULES ni retenue à ce sujet.
Je demande en premier aux vétos, et si au bout d'un an pas de solution, je prends la main sur l'analytique et le décisionnel.

Concernant cette tout pour l'instant j'ai eu plus de résultats en bricolant qu'avec 2 vétos et 500 € laissé en véto, analyses et médicaments......................................................

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canter.exprimetoi.net
breizh-daglue
Déchainé


Messages : 802
Date d'inscription : 18/04/2011
Age : 30
Localisation : Ploneour-Lanvern/Quimper

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Ven 9 Déc 2011 - 17:55

affraid affraid des corticoïdes avec une infection potentiellement non maitrisée : c'est suicidaire.....
Du coup ils en ont tous eu??
Pour le coup tu peux taper dans les infections opportunistes (notemment aspergillus) parce qu'un traitement par corticoïdes ça fait flamber tout et n'importe quoi... Et puis le premier traitement d'un allergie c'est l'éviction de l'allergène pas les corticoïdes.

Dark-Daglue a eu le coup de "l'allergie au foin" avec sa jument. Faudrait qu'elle passe par là . Sa jument n'a pas eu les corticoïdes parce que je lui ai dit "Naannn tout mais pas ça!!!!!!" mais je ne sais pas trop où ça en est.

Sinon pour moi la piro ça ne colle pas à cause des deux ponettes contaminées à distance. Il aurait fallu que le trait breton ramène la piro en porteur sain qu'il la refile à une tique, que la tique la refile aux ponettes et que du fait de l'immunodépression les ponettes chopent la même chose que tes chevaux ... Ou alors que les ponettes soient déjà immunodéprimées , elles aussi.... ça fait un peu tordu.

Je sais que je suis obsédée par les vers mais le vermifuge IM haute dose tu n'as pas moyen de tenter? En plus ils disent que le parasite passe par les ganglions mésentériques et un ganglion inflammé ça peut mimer une appendicite (une proportion non négligeable d'appendicites cliniques sont en fait des adénites mésentériques) donc ça doit pouvoir mimer une colique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaëllemic
Vieux Tromblon


Messages : 1421
Date d'inscription : 24/09/2007
Age : 41
Localisation : proximité Dijon

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Ven 9 Déc 2011 - 21:37

Je ne vais pas faire avancer le Schmilblick, mais pour Saga et ses pattes :
- son véto s'est gratté la tête pendant 2-3 ans en n'y connaissant rien, en ne faisant rien, en disant c'est pas grave. Au mois de juin dernier m'avait aussi sorti le truc de la possible allergie, difficile à diagnostiquer ...
- les différents vermifuges à l'ivermectine n'ont rien fait,
- le super véto a réagit et a administré 3 injections intra-musculaires d'ivermectine. Là ça a fait de l'effet !! ...

Je ne peux pas dire dans ton cas si l'ivermectine peut être salutaire, mais en tout cas sous la forme de vermifuge oral cela peut faire pareil que Saga, aucune action. Alors que en IM, comme le dit breizh-daglue, cela doit être bien mieux ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïs
Vieux Tromblon


Messages : 4322
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 41
Localisation : Bazas Breakdown, proximité Bordeaux

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Sam 10 Déc 2011 - 0:16

breizh-daglue a écrit:
affraid affraid des corticoïdes avec une infection potentiellement non maitrisée : c'est suicidaire.....
Commences tu à comprendre pourquoi je me soucie finalement assez peu de ce qu'en pense le véto?....
... et pourquoi je suis SDF de véto depuis 3 ans faute d'avoir trouvé la perle rare compétente, pondérée, accessible, pédagogue et pas hors de prix...? (oui tout ça)

breizh-daglue a écrit:

Du coup ils en ont tous eu??
Non (ca va pas - j'aurais pas laissé faire) juste victoire qui était en pleine crise et qu'il fallait "désamorcer".

breizh-daglue a écrit:

Pour le coup tu peux taper dans les infections opportunistes (notemment aspergillus)
Ah tu vois

breizh-daglue a écrit:
parce qu'un traitement par corticoïdes ça fait flamber tout et n'importe quoi... Et puis le premier traitement d'un allergie c'est l'éviction de l'allergène pas les corticoïdes.
Tu dis ça à une nana allergique qui répond négativement à tous les tests d'allergènes.
Les "allergies" sont un joyeux fourre tout pour de vastes dysfonctionnements du terrain (dans mon cas, x vaccinations démentielles pour travail en zone tropicale n'ont pas du être anodines............ Rolling Eyes


breizh-daglue a écrit:

Dark-Daglue a eu le coup de "l'allergie au foin" avec sa jument. Faudrait qu'elle passe par là . Sa jument n'a pas eu les corticoïdes parce que je lui ai dit "Naannn tout mais pas ça!!!!!!" mais je ne sais pas trop où ça en est.
Si elle passe dans le coin elle a gagné le droit de nous faire un rapport ciconstancié

breizh-daglue a écrit:

Sinon pour moi la piro ça ne colle pas à cause des deux ponettes contaminées à distance. Il aurait fallu que le trait breton ramène la piro en porteur sain qu'il la refile à une tique, que la tique la refile aux ponettes et que du fait de l'immunodépression les ponettes chopent la même chose que tes chevaux ... Ou alors que les ponettes soient déjà immunodéprimées , elles aussi.... ça fait un peu tordu.
Sachant que le cheval est un jeune en pleine forme et les deux ponettes obèses et fourbues avec des anomalies de transit récurrentes (je grossis un peu le tableau, la proprio se débat pour tenir tout ça sous contrôle mais une vraie galère), non c'est pas si tordu du tout. Pas besoin systématiquement de la piro pour avoir un système immunitaire pas au top.


breizh-daglue a écrit:
Je sais que je suis obsédée par les vers mais le vermifuge IM haute dose tu n'as pas moyen de tenter? En plus ils disent que le parasite passe par les ganglions mésentériques et un ganglion inflammé ça peut mimer une appendicite (une proportion non négligeable d'appendicites cliniques sont en fait des adénites mésentériques) donc ça doit pouvoir mimer une colique.
Filez moi un nom de produit , un protocole et une posologie, et rien n'est impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canter.exprimetoi.net
Kaïs
Vieux Tromblon


Messages : 4322
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 41
Localisation : Bazas Breakdown, proximité Bordeaux

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Sam 10 Déc 2011 - 0:18

Gaelle d'ailleurs, pourrais tu, sur le post de Saga, détailler très exactement ce qui a été fait: protocole, posologie, nom du produit, car je vais filer le lien à un copain qui a le pb sur sa jument de trait? +++++++
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canter.exprimetoi.net
Kaïs
Vieux Tromblon


Messages : 4322
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 41
Localisation : Bazas Breakdown, proximité Bordeaux

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Lun 23 Jan 2012 - 23:23

Je met à jour mon suivi de recherches et essais.................

-----------------------------------------------

Janvier 2012

Au bout d’environ 15 jours moment la jument a refusé les bouts de pain aux HE.
Je n’ai pas insisté. La toux avait disparu mais la respiration poussive demeurait de toutes les manières, les HE ne semblaient pas avoir d’incidence dessus.

La toux est donc liée à une mycose opportuniste, qui s’installe sur un problème de fond beaucoup plus général dont la sphère respiratoire est la partie « expressive ».
On pense à :
- une intoxination/faiblesse foie/reins dues aux piros enchainées et les traitements enchainés sur toute l’année passée…
- une possible anémie causée par les deux piro enchainées ?
- une maladie de lyme malgré la sérologie négative de Aout 2011 : tout le tableau concordant de manière troublante avec mon vécu personnel (cheval dans un état anormal mais vaillant et volontaire à l’effort, mais qui fatigue vite, « craquage » de la sphère respiratoire et pb de fond touchant l’immunité, rémission immédiate sous antibios cet été et rechute en 24h dès l’arrêt des antibios……..)

Un concours de circonstances (conférence véto + tombé sur un drainant et un traitement pulmonaire pour emphysémateux chez mon dealer préféré phytothérapie) me fait explorer plus facilement que prévu la piste du drainage pour gérer une intoxination ou une altération des foie/reins.
Le même concours de circonstances (conférence véto), me fait découvrir que là où tous les autres chevaux adultes tournent à à 37,5°C de température, Victoire est à 38,1°C. Non significatif, mais au dessus du lot et colle à mon vécu infectieux au sujet de lyme (c’est très exactement ce que je me suis trimballée 6 ans : un peu de T non significative………..)

Le protocole suivant est donc envisagé et en cours :

 fin de cure de FLORE PROCESS
(reconstituant de flore, 2 seringues)
en cours, ne semble pas avoir eu d’incidence sur la pathologie

 traitement de 5 jours à 100ml /jour de ELITOXINE, laboratoire ESC + propolis
(drainant phytothérapie foie/pancréas/reins) + boostant immunitaire
en cours, il est interessant de noter que :
à J2 la jument tousse un peu, et arbore un mouchage léger
à J4 la jument tousse un peu, et présente des amas blancs au coin des yeux (inhabituel)
>>>> résultat final ?

 traitement de 20 jrs à 50ml/j de BRONCHOPULM, laboratoire ESC + propolis
(affections respiratoires toux emphysème) + boostant immunitaire
>>>> réponse de la pathologie????

 cure de red cell laboratoire FARNAM
apports en fer assimilable pour les anémies, avec arrêt de la propolis
>>>> réponse de la pathologie ???

Si les résultats sont mitigés à infructueux, on explorera ensuite la piste lyme (test thérapeutique au tictox ; prise de sang et western blot allemand si faisable par le labo avec du sang de cheval ???)



----------------------------------------------


ma loutre qui ne va pas bien.... (le pargae est prévu cette semaine pour ceux qui tiqueraient - à raison - sur la longueur des pieds)


le jetage léger mais inhabituel de J2 au drainant hépato-rénal



La respiration pathologiquement anormale





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canter.exprimetoi.net
Katia
Déchainé


Messages : 961
Date d'inscription : 18/01/2009
Age : 45
Localisation : Landes

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Mar 24 Jan 2012 - 0:09

C'est impressionnant en effet. pale
Tu parles de lyme, y'a une coïncidence avec ta rémission à toi et ses premiers symptômes, ou pas? C'est peut être con comme question, mais c'est juste par curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïs
Vieux Tromblon


Messages : 4322
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 41
Localisation : Bazas Breakdown, proximité Bordeaux

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Mar 24 Jan 2012 - 0:19

J'ai guéri en mars 2009 et les premiers symptomes ont eu lieu en octobre 2010.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canter.exprimetoi.net
Katia
Déchainé


Messages : 961
Date d'inscription : 18/01/2009
Age : 45
Localisation : Landes

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Mar 24 Jan 2012 - 0:20

Rien à voir donc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
breizh-daglue
Déchainé


Messages : 802
Date d'inscription : 18/04/2011
Age : 30
Localisation : Ploneour-Lanvern/Quimper

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Mer 25 Jan 2012 - 17:17

Je vous ai trouvé ça (lire page 46)

lien

Ca rejoint le diagnostic du véto de D-Daglue ( qui doit venir ici prochainement tongue )
et celui de Kais.

-Ils décrivent les symptômes : expirations longues et poussives
jetage occasionnel
intolérance à l'effort
-En gros ils disent que l'emphysème est du à des champignons du foin ou de la paille ( ou parfois à des moustiques de type culicoïdes)
Les lésions observées sur les poumons du cheval ne serait cependant pas du au pouvoir pathogène des bêbêtes mais bien à une réaction inflammatoire excessive du cheval ( allergie) dirigée contre les bêbêtes.
-Ils notent une diminution du surfactant (= la molécule de gras qui recouvre la paroi des alvéoles pulmonaires pour les protéger et empêcher qu'elles se collabent) chez les chevaux atteints sans savoir si c'est une cause ou une conséquence de la maladie.


Page 80 ils commencent à parler de la conduite à tenir. (traitement page 83)
-Ils parlent longuement de la caractérisation du ou des allergènes par tout une batterie de test pour permettre l'éviction du ou desdits allergènes
-Si l'éviction est impossible ou si on ne peut pas caractériser l'allergène et donc l'éliminer ils parlent de l'alternative des corticoïdes inhalés qui n'auraient pas les effets systémiques délétères de la forme orale. ( fluticasone pour le nom du corticoïde inhalé)
-ils parlent aussi d'une certaine efficacité d'une complémentation par graines de lin.


Dernière édition par breizh-daglue le Mer 25 Jan 2012 - 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
breizh-daglue
Déchainé


Messages : 802
Date d'inscription : 18/04/2011
Age : 30
Localisation : Ploneour-Lanvern/Quimper

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Mer 25 Jan 2012 - 17:28

Trouvé sur le site de l'inra


Un diagnostic de COPD est établi lorsque :

toutes les autres maladies respiratoires (virales, bactériennes, parasitaires et tumorales) ont été exclues. ( spéciale dédicace pour Kais , mais ils ne disent pas quelles maladies ni comment les diagnostiquer )
Le rythme respiratoire au repos est élevé.
Les bruits pulmonaires, au repos ou après une injection de lobéline, sont anomaux.
La pression partielle en O2, au repos, est basse. (Cependant, dans une enquête, l'analyse des pressions partielles des gaz du sang n'a pas permis de mettre en évidence de différences significatives entre chevaux sains et malades.)
La présence de sécrétions pulmonaires est établie lors de trachéoscopie.
Le taux de neutrophiles est augmenté dans le liquide de lavage broncho-alvéolaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
breizh-daglue
Déchainé


Messages : 802
Date d'inscription : 18/04/2011
Age : 30
Localisation : Ploneour-Lanvern/Quimper

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Mer 25 Jan 2012 - 17:43

une autre thèse sur le sujet

lien

page 20 ils parlent des signes cliniques et page 23 des diagnostics différentiels et après des différents tests diagnostics.

dans le reste du truc ils comparent deux molécules glucocorticoïdes différentes ( oral et intramusculaire) sur leurs effets positifs et indésirables....
mais je ne trouve rien sur les corticoïdes inhalés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
breizh-daglue
Déchainé


Messages : 802
Date d'inscription : 18/04/2011
Age : 30
Localisation : Ploneour-Lanvern/Quimper

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Mer 25 Jan 2012 - 17:46

un article explicatif ici

ps : ya des trucs sur la page d'avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïs
Vieux Tromblon


Messages : 4322
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 41
Localisation : Bazas Breakdown, proximité Bordeaux

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Jeu 26 Jan 2012 - 0:03

Honnêtement je n'y crois pas une seconde.
Ou si pourquoi pas mais bien la conséquence d'autre chose.
On ne devient pas hypersensible du jour au lendemain sans raison.

Je viens de parcourir le tableau descriptif des 4 formes d'affections respiratoires inflammatoires et aucun tableau ne colle vraiment d'après moi.
Mais je prends toutes les idées et suggestions.
Mais le coup de la cortizone + antihistaminiques on a déjà fait. Cortizone jugule l'inflammation et résoud le pb immédiatement certes. Antihistaminiques = dans mon cas de figure (sans ration) difficile à tenir sur la durée + les deux mois que j'ai tenu l'année dernière, autant mictionner dans un stradivarius.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canter.exprimetoi.net
thalie81
Militant


Messages : 485
Date d'inscription : 28/09/2009
Age : 37
Localisation : tarn

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Dim 5 Fév 2012 - 18:36

je ne sais pas si ça peut t'éclairer ou pas du tout mais voilà la réponse d'une véto près de bordeaux qui m'a aidé pour Kéops,toujours poussif ,toussant à l'effort :

bon, normalement il te faut un diagnostic sur car a cette saison une freq respi augmentée avec jettage ça peut etre un broncho-pneumonie plutot qu'une pousse sauf s'il a deja eu son dignostic pr un veto... S'il veut faire bien, il faudrait verifier s'il n'y a pas de toutes façons une complication bacterienne ou fongique (c rare mais ça existe!) en faisant une endoscopie et un prelevement tracheo bronchique pour la bacterio et un broncho alveolaire pr la cytologie pour voir la quantité de neutrophiles (plus de 20-30%).
enfin, deja en prenant la temperature et en faisant une hemato voir un fibrinogène on peut suspecter l'infection secondaire (ou primaire s'il n'est pas sur que c de la pousse...)

Point de vue environnemental:
si au box: sur litière copeaux proscrire toute poussière : sortir le cheval du boxe pour faire la litière, ne pas entreposer de fourrage ou de paille à proximité de son boxe. Placer le cheval dans un environnement peu poussiéreux et ventilé.
Alimentation à l’aide de foin, mouillé et trempé au moins deux à trois heures avant le repas au minimum, distribué en hauteur dans un panier à foin (éloignement des allergènes au sol).
Travail sur terrain peu poussiéreux. Proscrire le travail sur carrière et manège poussiéreux l’été.

Privilégier au maximum la vie en milieu extérieur, sur un paddock en herbe, peu poussiéreux. S'il fait super sec l'hiver et qu'il est sur un terrain poussiéreux, là vaut mieux le mettre a l'intérieur...


donc le traitement classique c cortico et bronchodilatateurs
dexamethasone 0.04 à 0.1mg/kg genre dexadreson en IM plus ou moins pr 500kg 20ml pendant 2 jours puis 10 ml pendant 5j puis 5ml pdt 5 j (attention avortement possible chez jument gestante!)
clenbuterol (ventipulmin) en spray je c ke c 4 pressions (dans la bouffe hein, pas ds la bouche!) pour un 500kg par matin et soir pendant 15j puis 1 FOIS PAR JOUR PENDANT 15 JOURS, je crois qu'il existe aussi en sirop et là je c pas combien de cuillères c... le traitement peut etre gardé bcp plus longtemps en fonction de la tachypnée

l'aerosol type Horseneb ®(Greenpex) ou tu as 2 cupules ou tu mets le mélange typique :

- 2.5 ml d’ATROVENT® nébulisation ou SEROVENT® c le bromure d'ipratropium (bronchodilatateur)
- 2.5 ml de PULMICORT® ou BECOTIDE® ou DEXADRESON®
- 2.5 ml de RESPADRIL® (de chez equistro)ou PUL PHYTON® avec leur huiles essentielles que je c pas comment ça marche....
Nébuliser le cheval pendant 20 à 25 minutes, 2 fois par jour pendant au moins 15 jours.
Adapter la suite du traitement à la réponse clinique

a ça t'ajoute de l'imaveral ou de la G4 si t'as des complication fongique ou bacterinne respectivement. je crois que g fé le tour de l'essentiel...

tu as aussi le iodure de potassium comme expectorant en PO ou encore le mucomystendo [/b[b]](acetylcysteine) en aerosol...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://appaloosaobssession.e-monsite.com
pascaleW58
Vieux Tromblon


Messages : 2335
Date d'inscription : 21/09/2007
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Lun 6 Fév 2012 - 23:52

thalie81 a écrit:


a ça t'ajoute de l'imaveral ou de la G4 si t'as des complication fongique ou bacterinne respectivement. je crois que g fé le tour de l'essentiel...

tu as aussi le iodure de potassium comme expectorant en PO (...)


- qu'est ce que c'est que la "G4" ?
- que veut dire "en PO" (Prise Orale ?)


Par curiosité, il a quel âge, ton véto de Bordeaux ? (façon de s'exprimer par écrit un peu étrange, qui détonne avec le contenu technique...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïs
Vieux Tromblon


Messages : 4322
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 41
Localisation : Bazas Breakdown, proximité Bordeaux

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Mar 7 Fév 2012 - 14:10

thalie81 a écrit:
je ne sais pas si ça peut t'éclairer ou pas du tout
tout est bon à lire

thalie81 a écrit:
mais voilà la réponse d'une véto près de bordeaux
balance en MP le nom de ladite véto pour voir si ça me parle

thalie81 a écrit:
qui m'a aidé pour Kéops,toujours poussif ,toussant à l'effort :
arf. mauvaise pioche à priori le pb de vic n'est pas similaire du tout puisque zéro toux d'effort.
mais voyons voir, je lis........... (j'essaye de me pencher un à un sur tous les posts que j'ai zappés faute de temps Sad

thalie81 a écrit:

bon, normalement il te faut un diagnostic sur car a cette saison une freq respi augmentée avec jettage ça peut etre un broncho-pneumonie plutot qu'une pousse sauf s'il a deja eu son dignostic pr un veto... S'il veut faire bien, il faudrait verifier s'il n'y a pas de toutes façons une complication bacterienne ou fongique (c rare mais ça existe!) en faisant une endoscopie et un prelevement tracheo bronchique pour la bacterio et un broncho alveolaire pr la cytologie pour voir la quantité de neutrophiles (plus de 20-30%).
enfin, deja en prenant la temperature et en faisant une hemato voir un fibrinogène on peut suspecter l'infection secondaire (ou primaire s'il n'est pas sur que c de la pousse...)
Alors, rien que ça:
- dans le cas de vic la "toux", j'en ai eu la preuve par les tests thérapeutiques, EST une complication fongique d'un pb plus général, et donc la face emergée d'un iceberg.........
- les analyses qu'elle préconise (endoscopie, prélèvement) sont couteuses et de plus invasives. Pour moi c'est une réponse d'expert déconnecté de la réalité (financière) du terrain............

thalie81 a écrit:

Point de vue environnemental:
si au box: sur litière copeaux proscrire toute poussière : sortir le cheval du boxe pour faire la litière, ne pas entreposer de fourrage ou de paille à proximité de son boxe. Placer le cheval dans un environnement peu poussiéreux et ventilé.
Alimentation à l’aide de foin, mouillé et trempé au moins deux à trois heures avant le repas au minimum, distribué en hauteur dans un panier à foin (éloignement des allergènes au sol).
Travail sur terrain peu poussiéreux. Proscrire le travail sur carrière et manège poussiéreux l’été.

Privilégier au maximum la vie en milieu extérieur, sur un paddock en herbe, peu poussiéreux. S'il fait super sec l'hiver et qu'il est sur un terrain poussiéreux, là vaut mieux le mettre a l'intérieur...
de ce coté là aucun "point" ne peut être gratté puisqu'on est déjà (hormis le "nez dans le foin" devant etre à terme corrigé par les filets petites mailles) dans les conditions préconisées.

thalie81 a écrit:

donc le traitement classique c cortico et bronchodilatateurs
dexamethasone 0.04 à 0.1mg/kg genre dexadreson en IM plus ou moins pr 500kg 20ml pendant 2 jours puis 10 ml pendant 5j puis 5ml pdt 5 j (attention avortement possible chez jument gestante!)
clenbuterol (ventipulmin) en spray je c ke c 4 pressions (dans la bouffe hein, pas ds la bouche!) pour un 500kg par matin et soir pendant 15j puis 1 FOIS PAR JOUR PENDANT 15 JOURS, je crois qu'il existe aussi en sirop et là je c pas combien de cuillères c... le traitement peut etre gardé bcp plus longtemps en fonction de la tachypnée

l'aerosol type Horseneb ®(Greenpex) ou tu as 2 cupules ou tu mets le mélange typique :

- 2.5 ml d’ATROVENT® nébulisation ou SEROVENT® c le bromure d'ipratropium (bronchodilatateur)
- 2.5 ml de PULMICORT® ou BECOTIDE® ou DEXADRESON®
- 2.5 ml de RESPADRIL® (de chez equistro)ou PUL PHYTON® avec leur huiles essentielles que je c pas comment ça marche....
Nébuliser le cheval pendant 20 à 25 minutes, 2 fois par jour pendant au moins 15 jours.
Adapter la suite du traitement à la réponse clinique
C'est le traitement sympotmatique type, identique à
- celui que j'ai en tant qu'ashmatique
- celui qu'a eu vic après la première consultation véto (zéro effet positif hormis la sortie immédiate de crise due à la cortizone)

thalie81 a écrit:

a ça t'ajoute de l'imaveral ou de la G4 si t'as des complication fongique ou bacterinne respectivement. je crois que g fé le tour de l'essentiel...
Alors LA, cela m'étonne et je suis curieuse de savoir qui est ton correspondant exactement.
A priori l'imaveral est en usage externe seulement.................................... J'aimerais bien savoir quelle est son idée car à la lire on dirait qu'elle préconise de mettre de l'imaveral dans la ration en voie interne............................................???
Pareil que pascale: ké le G4?

thalie81 a écrit:

tu as aussi le iodure de potassium comme expectorant en PO ou encore le mucomystendo [/b[b]](acetylcysteine) en aerosol...
Interessant. Je doute un peu de tout ce qui est aérosol sur un cheval.............. Jamais essayé mais serais curieuse d'avoir un retour d'expérience là dessus (je me demande si l'oignon ne devient pas frappé à la longue du "pshitt dans l'nez" tous les jours??? scratch

Balance le nom de ton praticien bordelais en MP, cela m'interpelle fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canter.exprimetoi.net
Kaïs
Vieux Tromblon


Messages : 4322
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 41
Localisation : Bazas Breakdown, proximité Bordeaux

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Dim 19 Fév 2012 - 15:38


Février 2012


- la fin du traitement du FLORE PROCESS n’a donné aucun résultat apparent sur la pathologie ou l’état global.

- Le traitement drainant hépato-rénal à ELITOXINE a eu un effet flagrant sur l’état général de la jument : le poil est devenu plus correct (moins « long et sale » types soies de cochon >> tapis dense et soyeux), la jument est plus « présente » pendant et après le traitement, moins abattue.
Les anomalies respiratoires persistent à l’identique.

- Le traitement BRONCHOPULM a eu des répercussions totalement inexistantes à négatives, au point d’en stopper le déroulement au bout de 14 jours :
Le premier jour de cure lors d’une promenade au pas et au trot la jument montre des signes de détresse respiratoire à l’effort (trot). Paradoxalement elle récupère bien (pas et arrêt au camion = retour rapide à la « normale » (avec respiration poussive toujours visible))
Le lendemain lors de la prise de la FC : 64 au repos…………
je maintiens le traitement en observant et en suivant la FC, qui demeure ensuite en permanence entre 50 et 60. La jument ne travaille pas.
Aucune amélioration de la respiration poussive durant les 14 jours de traitement.
Durant ces 14 jours, légère réapparition de la toux sèche………….
Au 14eme jour la jument émet des bruits de clapotis à la respiration, entendables au niveau des naseaux : je stoppe le broncho pulm.


J’attend une semaine pour permettre d’évacuer le produit et refais une mesure de la FC= 58 au repos……..
FR = 22
TR = 37,6 °C
La température est normale mais la FC est nettement augmentée depuis le traitement. La jument respire toujours de manière poussive prononcée, est revenue très abattue à nouveau comme avant le drainant.


Je prends la décision de lancer une analyse sanguine numération globulaire + test lyme all diag afin de :
- détecter un dysfonctionnement type infectieux ou pas ?
- détecter une anémie ou pas ?
- détecter un dysfonctionnement parasito/allergie ou pas ?
- écarter définitivement l’hypothèse lyme ou pas (sérologie plus fiable) ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canter.exprimetoi.net
Kaïs
Vieux Tromblon


Messages : 4322
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 41
Localisation : Bazas Breakdown, proximité Bordeaux

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Dim 19 Fév 2012 - 15:42

RESULTAT NUMERATION GLOBULAIRE




Notes de l’interprétation du vétérinaire :

Globules Blancs totaux (WBC = White Blood Cell) = 6,7
On est dans la norme qui se situe entre 5 et 10 (103)
Une grosse infection en phase aigue serait signée par du 20 à 30
On a donc pas affaire à une infection en phase aigue.

Monocytes (MON) = 2,8%
La proportion normale de monocytes ne doit pas dépasser 3 à 4%.
Ici on est en limite haute avec 2,8%, ce qui retient l’attention de la véto.
Une piroplasmose « plein pot » serait signée par un pourcentage de plus de 4%
Là, on a pas affaire à un système infectieux aigu, mais une infection à bas bruit demeure envisageable.

Eosinophiles (EOS) = 13,2%
Un pourcentage qui pète les plafonds là où la norme devrait être entre 0 et 1% : signe une réaction à du parasitisme / ou allergique.

Globules rouges (RBC = Red Blood Cell) = 6,61
Avec une norme entre 5,5 et 11. On a pas affaire à une vraie anémie, mais on est clairement en fourchette basse.
Les données globules rouges qui retiennent le plus son attention sont :

Hémoglobine (HGB) = 11,9 alors que l’on est normalement à 14…

Hématocrites (HCT) = 31,4% (correspond à la concentration de globules rouges dans le sang) : totalement en limite inférieure.

Taux de plaquettes (PLT) = 34 : anormalement basse
La norme devrait être entre 100 et 400 ; on est largement en dessous, comme si la jument avait « consommé des plaquettes » pour coaguler une hémorragie.
La jument n’a eu aucune blessure récente, la véto m’a demandé si je n’avais jamais assisté à un moussage nasal rouge qui correspondrait à des vaisseaux claqués lors de la toux et donc des petites hémorragies. Cela n’a jamais été le cas.



La véto, sans avoir vu le cheval et au vu des résultats d’analyse + tableau que je lui décris très vaguement (1 an d’historique donc j’ai fait les grandes lignes), me propose :
1- d’explorer définitivement la piste parasitaire bien que les protocoles de vermifugation soient à jour (cf Eosinophiles) en faisant une analyse copro ; budjet 15 €

2- mentionne la possibilité de faire une endoscopie en allant en clinique, qui permettrait de visualiser l’état des tissus de la trachée et des poumons (état inflammatoire ou pas), et par un prélèvement de savoir si on a affaire à un système infectieux ou un vrai emphysème ; budjet 150 €. Je répond que cet examen est actuellement inenvisageable de par son coût.

3- Possibilité de creuser la piste infectieuse. Elle me mentionne une autre maladie transmise par les tiques avec la piro et lyme qui est l’ehrlichiose, dont je ne sais rien (faisait effectivement partie de tout ce qui avait été testé sur mon cas humain).


RESULTAT SEROLOGIE LYME ALL DIAG
Le lendemain de l’envoi du tube le labo concerné, très controversé par les instances de médecine officielles fait l’objet d’une descente de flic et est fermé un mois pour non respect de la réglementation officielle.
Dans le même mouvement le tictox est interdit de vente pour absence d’AMM…

Il est probable que je n’aurai donc jamais le résultat de la sérologie Lyme all diag.
En discutant sur les forums lyme de ce qui se passe, une personne me mentionne que, de source de plusieurs vétos, lyme chez le cheval serait beaucoup plus facile à mettre en évidence que chez l’humain…….. Elle me mentionne par contre une autre maladie vectorielle à tiques donnant des tableaux similaires qui est l’ehrlichiose.

RECHERCHES BIBLIO
Devant les concordance de deux sources en 48h au sujet de l’ehrlichiose, j’effectue quelques rapides recherches bibliographiques et découvre que le « tableau » clinique de l’ehrlichiose peut présenter, entre autres :
- des bronchopneumonies chroniques
- une lyse des plaquettes
Le dernier point retenant tout particulièrement mon attention puisque fait écho à cette anomalie présente dans la numération globulaire………




Conclusions et actions à mener :

 traces d’une possible atteinte parasitaire, hypothèse à écarter ou pas via une analyse coprologique (en cours)
>> résultats mardi

 traces d’anémie à traiter par défaut par une cure de red cell
>> à lancer

 traces d’un système infectieux à bas bruit à explorer : si on considère que les infos recueillies sont justes concernant les séro lyme chez le cheval, l’hypothèse lyme est moins prégnante ; l’hypothèse ehrlichiose par contre est à explorer en priorité à cause du signe de l’anomalie sur les taux de plaquettes dans le sang.
>> à faire immédiatement si copro revient non significative

 état des fonctions rénales et hépatiques à jauger ? Au vu du résultat observé lors du drainant question de l’état des fonctions rénales + en vue d’un traitement antibio lourd et potentiellement risqué avoir une évaluation hors traitement des fonctions
>> profiter de la séro ehrlichiose pour faire analyse créat/urée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canter.exprimetoi.net
Kaïs
Vieux Tromblon


Messages : 4322
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 41
Localisation : Bazas Breakdown, proximité Bordeaux

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Lun 20 Fév 2012 - 23:28

RESULTATS ANALYSE COPRO

Impeccablement négatifs. Piste parasitaire écartée.

M'étonnant un peu de l'absence de comptage auprès de la labanrotine, elle m'a répondu que "quand on voit quelque chose, on compte, mais que là il n'y avait rien du tout du tout".






Pour la suite: sérum au départ vers le labo Franck Duncombe pour sérologie ehrlichiose, résultats sous 10 jours.
Je deviens une pro de la prise de sang:
1- j'tombe plus dans les pommes (la grippe + le stress ca fait pas bon ménage, j'ai bien cru que j'y allais à un moment la semaine dernière....),
2- j'arrive à trouver la veine du premier coup direct finger in ze nose (le premier coup c'était plus une jugulaire de Vic mais une passoire....)
3- j'tremble plus et j'en fous plus partout à m'emméler les pinceaux entre la seringue, l'aiguille, le tube, tout brancher et débrancher dans l'ordre...
4- que meme que je fais plus exploser le tube sec..........................................

(la semaine dernière j'ai mis, voulant bien faire, TOUT le sang des 5ml de seringue dans le tube sec de ... 4ml.... Tout allait bien lorsque j'ai repris le tube pour noter le nom de la jument dessus et qu'il m'a littéralement explosé dans les mains......... j'étais au dessus du siège de ma voiture, je vous laisse imaginer le tableau.....)
Grand moment de solitude, c'est ce qu'on appelle l'apprentissage par l'échec....................................................

Maintenant, chui au top. Nickelchrome.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canter.exprimetoi.net
dark-daglue
Militant


Messages : 140
Date d'inscription : 18/04/2011
Localisation : région Centre

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Mer 22 Fév 2012 - 14:45

breizh-daglue a écrit:

Dark-Daglue a eu le coup de "l'allergie au foin" avec sa jument. Faudrait qu'elle passe par là . Sa jument n'a pas eu les corticoïdes parce que je lui ai dit "Naannn tout mais pas ça!!!!!!" mais je ne sais pas trop où ça en est.
Si elle passe dans le coin elle a gagné le droit de nous faire un rapport circonstancié


J'arrive sur le post avec un peu de retard Very Happy . Donc pour ces affaires de toux louche avec Tica, voilà l'historique :
Béthune, juillet 2008 : 1ère fois que la jument tousse. Elle est à l'époque en box, sur paille. Le véto passe, diagnostic : elle tousse à cause de la poussière dans la paille et le foin. Je donne un sirop dont j'ai oublié le nom (pas d'efficacité remarquée). En l'absence de résultats, je la mets dehors, à l'herbe/foin à volonté. La toux s'arrête.
Depuis on passe par les Côtes d'Armor (chez mes parents qui ont des biquettes, je le précise comme j'ai vu une hypothèse parasito là-dessus quelque part) et par Nantes en 2009, vie au pré H24, RAS.

Orléans, hiver 2010-2011 : vie au pré H24 depuis 2008. Il s'agit d'un grand paddock de 2 ha, nombre de chevaux variables, ajouts ou départs de chevaux tous les 6 mois je dirais, crottins non ramassés, pâture non entretenue, foin plus ou moins à volonté en grand râtelier (pas par terre).
Toux sporadique, respiration accentuée depuis novembre 2011. Pic de toux avec une respiration forcée ("ligne de pousse") en décembre 2010. Comme il neige je crois à un coup de froid, je couvre et je rentre en box. L'état empire. Diagnostic véto : emphysème, c'est à dire allergie à un composant du foin. Au choix champignons, moisissures, acariens entre autres. Je précise qu'au toucher et à l'odeur, le foin n'est pas pourri ou moisi. Je le trouve normal, mais visiblement mon appréciation à la louche n'est pas suffisante. Je remarque qu'elle ne commence à tousser que 2-3 jours après avoir eu accès à du foin à volonté. La pension accepte de mettre du foin tous les 2 jours, en laissant les chevaux 1 journée et demie environ à finir les restes dans le râtelier. Concrètement ils vont manger l'herbe rase dans le fond du pré. La jument ne tousse plus mais la respiration plus ou moins accentuée persiste.

Orléans, hiver 2011-2012 : vit dans le même pré. Tica est avec un autre cheval emphysémateux également, donc leur foin est trempé 2 heures avant la distribution. Pas de toux, mais une respiration accentuée de temps à autre, sans toux. A ce moment-là j'ai un problème annexe, c'est que la quantité de foin n'est pas suffisante pour ma grosse chaudière et qu'elle n'est pas en état. Je complémente avec de la luzerne, de l'huile et divers machins sans beaucoup de résultats.
Ensuite son compagnon de pré rentre au box, elle est seule et le supporte mal, je la remets temporairement avec les autres chevaux au foin à volonté en râtelier. 3 semaine se passent sans signes particuliers cheers et elle recommence à avoir une respiration forcée. Je la repasse seule, mais elle n'apprécie guère, et je m'use à transporter des ballots de foin mouillés sur 500 mètres tous les jours. Mad
Depuis 2 semaines je l'ai rentré en box (raisons pratiques de gestion du foin et de possibilité de travail quand je débarque pour monter tôt le matin et physio : j'ai trouvé 3 matins de suite la jument qui tremblait au pré). 2 semaines passent, sortie 1/2 journée par jour avec d'autres chevaux, box sur paille et foin mouillé quasi à volonté. Ce matin je trouve la jument qui ventile à fond avec ligne de pousse (comme sur la vidéo de Victoire), ce soir j'y retourne mais je sais déjà qu'elle va tousser. Donc je vais la remettre dehors au foin mouillé.

Sinon en octobre 2011 j'ai fait une analyse sanguine pour voir si il n'y avait pas un truc infectieux sous cette fichue toux qui me complique la vie, voici le bilan :




Voilou, si ça peut vous apporter des infos, j'en serais ravie. Smile
Pour les niouzes récentes, là je papote avec l'assistante véto pour lui soutirer si oui ou m* il y a un examen ou un prélèvement quelconque qui puisse me certifier que c'est une allergie type emphysème.


Dernière édition par dark-daglue le Mer 22 Fév 2012 - 16:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïs
Vieux Tromblon


Messages : 4322
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 41
Localisation : Bazas Breakdown, proximité Bordeaux

MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Mer 22 Fév 2012 - 15:43

dark-daglue a écrit:
si oui ou m* il y a un examen ou un prélèvement quelconque qui puisse me certifier que c'est une allergie type emphysème.

La mienne, de véto, m'a certifié il y a deux jours que un exament de type endoscopie (150 € en clinique) permettrait d'identifier soit du vrai emphysème soit un système infectieux.

Sauf erreur de ma part, à la lecture de la numération globulaire aucune anomalie ne semble décelable non? Qu'en avait pensé le véto à l'époque?

Eh, coute pas cher et peut rapporter gros, essaye sur ta loutre le mélange d'huiles essentielles que j'utilise et que je tiens d'epona et racontes nous....
Sur un autre forum, suite à ce post relatant mes essais et recherches, deux ou trois personnes ayant des "tousseux" l'ont essayé et maaaaaagik, a disparu la toux en une semaine..................... Ca vaut le coup d'essayer moi j'dis.


PS: merci pour ta contribution bien complète, interessant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canter.exprimetoi.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une "sale toux", étude de cas   Aujourd'hui à 19:16

Revenir en haut Aller en bas
 
Une "sale toux", étude de cas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 10Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une "sale toux", étude de cas
» Toux... Allergies... Essai de traitement aux EMA
» Benjamin Sore interresse Sale
» PIMPERENELLE: petit mais...sale caractère
» toux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CANTER :: Connaissance & gestion du cheval :: Science vétérinaire-
Sauter vers: